Le CNRS
 
 

Des énergies naturelles pour la ville (extrait de la série "Urbanisme, Science, Société")

Dans un contexte de crise économique et de raréfaction des énergies fossiles, il devient impératif pour les villes de trouver des solutions énergétiques naturelles et renouvelables. Encore faut-il pouvoir conjuguer les systèmes de captation et de restitution d’énergie. Quelles sont les énergies naturelles qui pourraient être exploitées à l’échelle d’une ville ? Quels rôles peut jouer la végétalisation de la ville ? Marjorie Musy, chercheure en microclimatologie urbaine au laboratoire Ambiances, Architectures,Urbanités et Dorothée Descamps, ingénieure agronome, nous éclairent sur ces questions.

Des cellules solaires qui s’auto-réparent dans le noir

JPEG - 4.3 ko

La "fièvre pérovskite" qui s’est emparée de la communauté photovoltaïque s’amplifie depuis que des rendements records de conversion dépassant maintenant les 22% atteignent ceux du silicium. Mais ces matériaux sont instables et augmenter leur stabilité est indispensable pour envisager le passage du dispositif de démonstration à une production industrielle. L’équipe conjointe de l’Institut des sciences chimiques de Rennes et du laboratoire FOTON s’est associée à plusieurs laboratoires américains pour mettre en évidence et analyser l’auto-réparation (self-healing) de cellules pérovskites après une dégradation très lente des rendements photovoltaïques sous rayonnement solaire. Ces travaux sont publiés dans la revue Nature Communication.
Article

Chimie verte : lancement d’Increase, un réseau inédit associant recherche et industrie

JPEG - 7 ko

Comment développer une chimie « verte » ? Utiliser la biomasse, une source de carbone renouvelable, comme matière première, tel est le moyen choisi par un réseau unique en son genre inauguré ce vendredi 13 mai à l’université de Poitiers. Créé par le CNRS avec le soutien de la région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes (1,165 M€), Increase est un réseau collaboratif public-privé dédié à l’éco-conception et aux ressources renouvelables. Il réunit aujourd’hui près de 200 chercheurs issus de huit laboratoires de recherche, dont l’Institut des sciences chimiques de Rennes, et des industriels de la chimie (dans des secteurs comme la cosmétique, l’agroalimentaire ou la détergence). Fort de la synergie entre recherche et industrie, il vise à réaliser une recherche de pointe tout en intégrant les problématiques de mise sur le marché de produits et de procédés chimiques durables en France et à l’international. Increase vise aussi à devenir un réseau de référence mondial dans la valorisation de la biomasse par des méthodes physiques.
Communiqué de presse

Tous les ans, 24 millions de tonnes de CO2 sont absorbées dans les mers du nord de l’Europe

JPEG - 4.6 ko

Les échanges gazeux sont constants entre l’atmosphère et l’océan. L’océan absorbe ainsi une partie du CO2 atmosphérique et contribue à réguler le climat à l’échelle mondiale. En mettant au point le « Flux Engine », un outil unique compilant de multiples données physiques et biologiques au service de la communauté scientifique internationale, des scientifiques ont estimé pour la première fois avec précision la quantité de CO2 absorbée par les mers du nord de l’Europe. Le résultat est considérable : 24 millions de tonnes de CO2 par an, soit l’équivalent de ce que produiraient 72 000 Boeing 747 ou deux millions de bus à deux étages. Publié dans le Journal of Atmospheric and Oceanic Technology, ce travail est le fruit d’une collaboration entre le Laboratoire d’océanographie physique et spatiale LOPS, l’université Heriot-Watt et l’université d’Exeter (Royaume-Uni).
Communiqué de presse

Même en ébullition, l’eau façonne bien le relief martien

JPEG - 6 ko

L’eau liquide n’existe sur Mars actuellement qu’en faible quantité, en ébullition et seulement durant les heures les plus chaudes de l’été : son rôle a donc été généralement considéré jusqu’ici comme négligeable. Une équipe internationale, impliquant des scientifiques du CNRS, de l’université de Nantes et de l’université Paris-Sud, et dirigée par Marion Massé, du Laboratoire de planétologie et géodynamique de Nantes, vient pourtant de montrer que dès son apparition à la surface de Mars, même si elle entre immédiatement en ébullition, l’eau crée un écoulement instable et tumultueux, pouvant éjecter les sédiments et engendrer des avalanches sèches. L’écoulement d’un liquide bouillonnant en faible quantité modifie donc fortement la surface. La découverte de ce processus exotique inconnu sur notre planète change considérablement notre manière d’interpréter la surface martienne, rendant difficile une comparaison directe d’écoulements sur Terre et sur Mars. Ce résultat est publié le 2 Mai 2016 dans la revue Nature Geoscience.
Communiqué de presse

Les salaires moindres des femmes ? C’est l’arbre qui cache la forêt !

JPEG - 6.1 ko

La discrimination à l’égard des femmes sur le marché du travail s’opère dès le processus d’embauche. David Masclet, du Centre de Recherche en Economie et Management, explique ce résultat obtenu en économie expérimentale et revient sur le cercle vicieux du sexisme mis en place dès l’éducation.
CNRS Le Journal

Ma thèse en 180 secondes : finale Université Bretagne Loire le 28 avril 2016 à Rennes

C’est parti pour la saison 3 du concours « Ma thèse en 180 secondes », organisé par le CNRS et la Conférence des présidents d’université (CPU). L’Espace des Sciences a accueilli la finale de l’Université Bretagne Loire le 28 avril 2016, organisée en partenariat avec la délégation CNRS Bretagne et Pays de la Loire. Suite aux délibérations, le jury a désigné Camille Kerbaol, doctorante de l’Université de Brest Occidentale pour représenter l’Université Bretagne Loire à Bordeaux le 31 mai prochain : son sujet de thèse « Les lettres d’Adrien Galliot-Marie de Mandat-Grancey. Edition critique de la correspondance familière d’un officier de la Marine Royale française (1781-1791)” a conquis les membres du jury mais aussi le public présent.
Communiqué de presse

Le mystère des rayons cosmiques

JPEG - 4.7 ko

On appelle rayons cosmiques ces particules subatomiques accélérées d’origine inconnue qui bombardent la Terre en permanence et dont certaines ont l’énergie d’une balle de fusil. Petit tour d’horizon des détecteurs actuels et des pistes de recherche pour les années à venir. Benoît Revenu du Laboratoire de physique subatomique et des technologies associées (Subatech) fait partie des intervenants.
CNRS Le Journal

Une année en Antarctique

JPEG - 1.9 ko

Neige, atmosphère, conditions météorologiques… L’Antarctique représente un fabuleux laboratoire à ciel ouvert pour l’analyse des paramètres climatiques. Roxanne Jacob les a passés au crible pendant sa toute première mission sur place, qui aura duré un peu plus d’un an. Notre photographe a suivi les premières semaines de cette expérience hors du commun.
Roxanne Jacob était en mission pour le compte de l’Institut polaire IPEV (Institut Paul Emile Victor) et intervenait sur les programmes des chercheurs du LGGE (Laboratoire de glaciologie et de géophysique de l’environnement)
CNRS le Journal

Du plancton géant passé inaperçu

JPEG - 2.8 ko

Une équipe de biologistes marins et d’océanographes du CNRS, dont le laboratoire Adaptation et diversité en milieu marin de la station biologique de Roscoff, de l’UPMC et de l’institut allemand GEOMAR révèle l’importance dans toutes les mers du globe d’un groupe d’organismes planctoniques de grande taille, appelé Rhizaria, complètement sous-estimé jusqu’à présent. Selon leurs résultats, ces organismes représentent 33 % de l’abondance totale du plancton animal de grande taille à l’échelle de l’océan mondial et contribuent à 5 % de la biomasse marine globale. Cette étude a été menée sur des échantillons acquis au cours de onze campagnes océaniques (2008-2013) couvrant les principales régions océaniques du globe et incluant l’expédition Tara Oceans. Elle est publiée le 20 avril 2016 sur le site de la revue Nature (parution papier le 28 avril).
Communiqué de presse

Des carottes sédimentaires géantes non déformées prélevées à toutes les profondeurs par le Marion Dufresne

JPEG - 7.1 ko

Entièrement modernisé en 2015, le Marion Dufresne, navire océanographique opéré par l’Institut polaire français (IPEV), a prélevé à plus de 4000 mètres de profondeur le plus long échantillon jamais réalisé en carottage : une carotte sédimentaire de 60 mètres de long présentant un échantillonnage parfait. C’est durant une campagne de carottage dans l’océan Austral que le nouvel équipement du navire a pu être testé et a montré ses nouvelles capacités qui ne sont que le début d’une longue série de carottages au service de la paléoclimatologie et de la paléocéanographie. En effet, ces outils, conçus par des ingénieurs du CNRS travaillant au sein de l’IPEV, sont majeurs dans la compréhension des aléas climatiques : ils permettent d’étudier des archives sédimentaires remontant sur plusieurs cycles climatiques, dépassant parfois les 800 000 ans obtenus dans la glace, ou avec une résolution pouvant être décennale selon les environnements de prélèvement.
Communiqué de presse

Les huîtres menacées par les micro-plastiques dans les océans

JPEG - 5.9 ko

Les micro-plastiques pourraient bientôt menacer les huîtres et d’autres mollusques marins, selon une étude publiée le 2 février 2016 dans le magazine américain PNAS (Proceedings of the National Academy of Sciences). L’étude a été réalisée par le Laboratoire des Sciences de l’Environnement Marin (LEMAR), le Cedre et l’ILVO (Belgique).
Communiqué de presse

Entre mer et terre

JPEG - 11.7 ko

Environ 27% des côtes françaises métropolitaines sont en érosion. La vulnérabilité de ces zones, qui s’accroît au fil du temps, est devenue particulièrement importante ces dernières années. Avec une partie croissante de la population française et mondiale, qui vit sur le littoral ou à moins de 25 km, de nouvelles problématiques se posent. Pas simplement des problèmes d’érosion, de recul des côtes, mais aussi des questions sociétales majeures.
Alain Hénaff, Pauline Letortu, Serge Suanez et Stéphane Costa du laboratoire Littoral - Environnement - Télédétection - Géomatique (LETG) ainsi que Marion Jaud, Jérôme Amman et Christophe Delacourt du laboratoire Domaines océaniques font partie des intervenants de ce film.
CNRS Images : Vidéo du vendredi

Immersion sciences 2016 : Développer le goût des filières scientifiques chez les lycéens

JPEG - 15.9 ko

Biologiste, physicien-ne, chimiste ou mathématicien-ne : c’est peut-être ce que deviendront certains des 64 jeunes lycéen-nes, qui auront la chance de découvrir, du 21 au 25 mars, une approche concrète de ces métiers passionnants dans le cadre d’une semaine d’immersion dans l’univers des sciences. Pilotée par l’académie de Rennes, la Région Bretagne et le CNRS, l’opération Immersion Sciences a pour objectif de démystifier l’idée que les jeunes se font des carrières scientifiques, afin de leur donner envie de s’orienter vers ces filières après le bac.
Communiqué de presse

Classement Reuters : Le CEA, le CNRS et l’Inserm dans le Top 10 mondial des organismes de recherche en termes d’innovation.

Le classement établi par Thomson- Reuters, porte sur « les 25 institutions publiques qui contribuent le plus à faire progresser la science et la technologie dans le monde » écrit Reuters.
Le CEA est leader de ce palmarès, le CNRS 5e et l’Inserm 10e organisme mondial.
Ce palmarès se fonde sur une l’intégration de données relevant de la propriété intellectuelle, du nombre de brevets et de publications indexés dans la base de données des plates-formes de Thomson Reuters au cours des 8 dernières années.
« Ce classement inédit, international et professionnel, montre à quel point l’innovation et le transfert sont au cœur de la recherche française avec des performances qui démentent les idées toutes faites qui circulent en France », se félicite Alain Fuchs, président du CNRS.
Communiqué de presse

15 ans d’actions pour l’égalité professionnelle femmes-hommes au CNRS

JPEG - 11.5 ko

La Mission pour la place des femmes au CNRS a le plaisir de vous annoncer que son colloque annuel, marquant la journée internationale des droits des femmes, se tiendra le jeudi 10 mars 2016, au siège du CNRS. Nous fêterons également cette année les 15 ans de la Mission pour la place des femmes au CNRS créée en 2001 !
Le colloque 2016 sera l’occasion de dresser un bilan de ces quinze années d’actions en faveur de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes et de la prise en compte du genre au CNRS. Cet évènement proposera également une comparaison avec d’autres secteurs et le niveau européen.
Programme

Première rencontre française entre mathématiciens et acteurs du monde sportif

JPEG - 7.3 ko

La France a d’excellents champions sportifs et d’excellentes mathématiques. Pour réunir ces deux mondes qui, dans notre pays, se côtoient peu, des mathématiciens organisent une après-midi intitulée « Mathématiques et sport, quels défis ensemble pour demain ? », le mardi 15 mars à l’Institut Henri Poincaré, à Paris. L’objectif est de montrer, de manière accessible à tous les publics, ce que les mathématiques peuvent apporter à la pratique du sport de haut niveau, et de susciter des collaborations. Comment les modèles mathématiques peuvent-ils être mis au service de l’entraînement ou aider à prédire la performance ? Quels domaines du sport pourraient bénéficier des mathématiques pour progresser ?
Richard Kulpa, de l’Institut de recherche en informatique et systèmes aléatoires (IRISA), présentera la conférence "La réalité virtuelle au service de l’analyse des interactions sportives".
Communiqué de presse



L’Institut des matériaux de Nantes Jean Rouxel (IMN) et Armor ensemble dans un laboratoire commun pour développer les énergies renouvelables

Dans le cadre de l’appel d’offre LabCom de l’Agence nationale de la recherche (ANR), destiné à soutenir des partenariats entre recherche publique et industrie, l’Institut des Matériaux de Nantes Jean Rouxel et la société ARMOR ont créé un Laboratoire Commun, DEFIER (Développements Expérimentaux de Films Innovants pour les Energies Renouvelables), à la pointe de la recherche dans le domaine du stockage de l’énergie et des films photovoltaïques organiques.
Communiqué de presse


filet
Délégation Bretagne et Pays de la Loire
Parc Alcyone - CS 26936 - 1, rue André et Yvonne Meynier - 35069 RENNES CEDEX
Tél : 02 99 28 68 68 - Télécopie : 02 99 28 68 01

Rechercher


sur le site de la délégation
Le CNRS Annuaires Mots-Clefs du CNRS Autres sites Accueil Accueil Imprimer Contact Crédits Plan d'accès Plan du site