Le CNRS
 
 

Genre et égalité dans l’enseignement supérieur et la recherche

JPEG - 5.3 ko

Le CNRS, l’Université Paris Diderot, l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 et l’Université Sorbonne Paris Cité, avec un fort soutien du ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, co-organisent, du 12 au 14 septembre 2016, la 9ème conférence européenne sur l’égalité de genre dans l’enseignement supérieur et la recherche.
Plus de 150 intervenant.e.s – chercheur.e.s, enseignant.e.s chercheur.e.s, doctorant.e.s, chargé.e.s de mission égalité, représentant.e.s d’associations, responsables politiques – présenteront les résultats de leurs travaux et/ou les politiques mises en œuvre.
Trois grandes thématiques seront abordées au cours de ces journées :

  • Obstacles à la carrière des femmes dans l’enseignement supérieur et la recherche
  • Politiques publiques et initiatives pour l’égalité femmes-hommes
  • Recherche et enseignement en matière de genre, y compris au-delà des sciences humaines et sociales.

Pour vous inscrire

L’Institut des Sciences Chimiques fête ses 10 ans

JPEG - 23.5 ko

L’Institut des Sciences Chimiques de Rennes (ISCR), fort d’un effectif de plus de 450 personnes dont 200 chercheur-es et enseignant-es-chercheur-es, mène une recherche fondamentale centrée sur la Chimie qui s’enrichit par des interfaces fortes avec la Physique, les STIC (dont l’opto-électronique) et la Biologie-santé. De très nombreux domaines de la chimie sont ainsi couverts, des molécules organiques et organométalliques aux matériaux fonctionnels moléculaires ou relevant de la chimie du solide et de la métallurgie, en passant par la catalyse, l’électrochimie, la chimie théorique et l’ingénierie des procédés. Au-delà de la recherche fondamentale, cette expertise est mise au profit de l’innovation et des applications technologiques par un continuum d’activités pour répondre aux grands défis sociétaux actuels, principalement : la santé, le numérique et le développement durable. L’anniversaire de l’ISCR sera célébré le 12 juillet 2016 au Diapason, campus de Beaulieu à Rennes.
Communiqué de presse

Prévision des séismes : une technique innovante pour observer les failles sous-marines

JPEG - 32.7 ko

Pour surveiller un segment de la faille sismique nord-anatolienne près d’Istanbul, une équipe internationale de chercheurs, notamment du CNRS et de l’université de Bretagne occidentale, a déployé un réseau de balises au fond de la mer de Marmara. Objectif : mesurer les mouvements des fonds marins de part et d’autre de ce segment. Les données récoltées lors des six premiers mois révèlent que la faille serait bloquée au niveau de ce segment, suggérant une accumulation progressive d’énergie susceptible d’être libérée brusquement. Ce qui pourrait provoquer un séisme de forte magnitude à proximité d’Istanbul. Cette étude, issue d’une collaboration entre des chercheurs français, allemands et turcs, vient d’être publiée dans Geophysical Research Letters.
Communiqué de presse

Un impact géant : le mystère de l’origine des lunes de Mars enfin percé

JPEG - 4 ko

D’où viennent Phobos et Deimos, les deux petits satellites naturels de Mars ? Longtemps, leur forme a fait croire qu’ils étaient des astéroïdes capturés par Mars. Cependant la forme et l’orientation de leur orbite contredisent cette hypothèse. Deux études indépendantes et complémentaires apportent une réponse à cette question. Dans l’une, sous presse dans The Astrophysical Journal, des chercheurs majoritairement du CNRS et d’Aix-Marseille Université excluent la capture d’astéroïdes et montrent que le seul scénario compatible avec les propriétés de surface de Phobos et Deimos est celui d’un impact géant. Dans l’autre étude, grâce à des simulations numériques de pointe, une équipe belgo-franco-japonaise montre comment ces satellites ont pu se former à partir des débris d’une collision titanesque entre Mars et un embryon de planète trois fois plus petit. Ces travaux, fruit d’une collaboration entre des chercheurs de l’Université Paris Diderot et de l’Observatoire royal de Belgique, en collaboration avec le CNRS, l’Université de Rennes 1 et l’institut japonais ELSI, sont publiés le 4 juillet 2016 dans la revue Nature Geoscience.
Communiqué de presse
CNRS Le Journal

Conférence Internationale en Chimie de Coordination

JPEG - 4.9 ko

Après Adélaïde, Valence et Singapour, la ville de Brest a été choisie pour accueillir la 42ème Conférence Internationale en Chimie de Coordination,ICCC 2016. Ce congrès, organisé tous les deux ans, rassemblera les plus grands experts mondiaux développant des recherches dans les nombreux domaines de la chimie de coordination et se tiendra au centre de congrès Le Quartz à Brest du 3 au 8 juillet 2016.
Communiqué de presse

Un océan à seulement quelques kilomètres sous la surface glacée d’Encelade

JPEG - 5.2 ko

Avec ses éruptions de glace et de vapeur et son océan recouvert par une coquille de glace, Encelade est une des lunes les plus fascinantes de tout le système solaire, d’autant plus que les interprétations des données fournies par la sonde Cassini étaient contradictoires jusqu’à présent. Une équipe internationale, comprenant des chercheurs du Laboratoire de planétologie géodynamique de Nantes, a proposé un nouveau modèle qui réconcilie les différents jeux de données et montre que la couche de glace au pôle Sud d’Encelade ne ferait que quelques kilomètres d’épaisseur. Ceci implique une intense source de chaleur à l’intérieur d’Encelade, un élément supplémentaire pour le possible développement de la vie dans l’océan de cette lune de Saturne. L’étude vient d’être publiée en ligne sur le site de Geophysical Research Letters.
Communiqué de presse

Un seuil record de CO2 franchi dans l’hémisphère Sud

JPEG - 3.7 ko

La concentration atmosphérique en dioxyde de carbone (CO2) mesurée au niveau de l’île d’Amsterdam (océan Indien Sud) vient pour la première fois de dépasser la valeur symbolique des 400 ppm, soit 0,04 %, le mois dernier. Or, cet observatoire est celui où l’on relève les concentrations en CO2 les plus basses au monde (hors cycles saisonniers), du fait de son éloignement des sources anthropiques. Le seuil de 400 ppm avait déjà été franchi dans l’hémisphère Nord au cours de l’hiver 2012/2013. Par ailleurs, l’augmentation du CO2 dans l’atmosphère s’accélère avec un taux de croissance supérieur à 2 ppm par an depuis quatre ans. Ces données sont recueillies depuis 35 ans à l’observatoire d’Amsterdam par le service national d’observation ICOS-France du Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement, avec le soutien de l’Institut polaire français Paul-Emile Victor (Ipev).
Communiqué de presse

Domestication des chiens : le mystère de son origine enfin levé

JPEG - 3.5 ko

Quand et où le chien est-il devenu le meilleur ami de l’homme ? Impossible de répondre avec certitude à cette question jusqu’à l’étude pilotée par des chercheurs de l’université d’Oxford à laquelle des biologistes et des archéologues du CNRS, de l’ENS de Lyon et du MNHN ont largement contribué. Ces travaux mettent en évidence au moins deux domestications du chien à partir de différentes populations de loup : les premiers chiens seraient apparus en Europe il y a plus de 15 000 ans et, de manière indépendante en Asie de l’Est, il y a plus de 12 500 ans. Les chiens originaires d’Asie auraient ensuite migré en Europe au cours des 5e et 4e millénaires avant notre ère. La diversité des chiens actuels est le fruit de ces mouvements. L’Institut de génétique et développement de Rennes a participé à ces travaux publiés dans Science.
CNRS Le Journal


filet
Délégation Bretagne et Pays de la Loire
Parc Alcyone - CS 26936 - 1, rue André et Yvonne Meynier - 35069 RENNES CEDEX
Tél : 02 99 28 68 68 - Télécopie : 02 99 28 68 01

Rechercher


sur le site de la délégation
Le CNRS Annuaires Mots-Clefs du CNRS Autres sites Accueil Accueil Imprimer Contact Crédits Plan d'accès Plan du site