Le CNRS
   A la Une > Laboratoires > Archives 2012

Archives 2012

Découvrez les résultats marquants les plus récents issus des laboratoires bretons et ligériens en 2012.

Des codes-barres génétiques pour sortir les protistes de l’ombre

JPEG - 2.6 ko

Ils sont partout mais peu de gens les connaissent. Les protistes sont ces organismes unicellulaires qui, comme les plantes ou les animaux auxquels ils ont donné naissance, renferment leur matériel génétique dans un noyau contenu dans la cellule. Pour faire la lumière sur ce pan de la biodiversité, un consortium international s’est lancé dans une vaste entreprise de classification des protistes à l’aide des techniques de séquençage ADN haut-débit. Cette étude implique le laboratoire adaptation et diversité en milieu marin de la station biologique de Roscoff.

En savoir plus

04/12/2012

Une enzyme à l’origine des cyanobactéries "caméléons"

JPEG - 2 ko

La lumière est une source d’énergie essentielle à la photosynthèse, sur terre comme dans la mer. Certaines cyanobactéries océaniques, les plus petits représentants du phytoplancton, sont même capables d’« adaptation chromatique » : elles peuvent modifier leur pigmentation selon la couleur de la lumière ambiante. Des chercheurs du laboratoire adaptation et diversité en milieu marin de la station biologique de Roscoff viennent de découvrir l’enzyme qui leur confère cette remarquable plasticité.

En savoir plus

04/12/2012

Des photons qui vivent 100 fois plus longtemps dans une nanocavité

GIF - 3.3 ko

Des physiciens du laboratoire de photonique et de nanostructures en collaboration avec le laboratoire FOTON, ont multiplié par 100 la durée de vie de photons stockés dans une nanocavité en ralentissant d’autant leur vitesse de propagation grâce à l’association d’une dispersion non linéaire et d’oscillations cohérentes de population électronique.

En savoir plus

23/11/2012

Construction de surfaces intelligentes : contrôle chimique et spatial à l’échelle moléculaire

JPEG - 2.6 ko

Un procédé innovant et général permettant de fabriquer des surfaces dont la composition chimique et la structuration spatiale sont parfaitement contrôlées au niveau moléculaire vient d’être mis au point par des chercheurs belges et français, notamment de l’institut des sciences chimiques de Rennes. Les résultats sont publiés dans la revue Nature Communications du 16 octobre 2012.

En savoir plus

06/11/2012

Les acanthaires, "voleurs" de micro-algues dans les océans

JPEG - 1.9 ko

L’association entre ces deux organismes du plancton se retrouve dans toutes les mers du globe, révèle une étude des chercheurs de la station biologique de Roscoff. Toutefois elle semble se faire essentiellement au profit des premiers qui kidnappent et exploitent les secondes pour bénéficier des produits de la photosynthèse.

En savoir plus

06/11/2012

Une nouvelle méthode de mesure optique pour l’endoscopie

Grâce à une nouvelle approche de la mesure de la dépolarisation de la lumière par un matériau, deux physiciens rennais viennent de proposer un nouveau concept de dispositif de mesure compatible avec le déport par fibre optique. Cette innovation ouvre la voie aux applications médicales de cet outil de caractérisation non invasif par voie endoscopique.

En savoir plus

23/10/2012

Découverte d’une symbiose algue-cyanobactérie

Un échange d’azote et de carbone entre une cyanobactérie et une algue unicellulaire est révélé pour la première fois dans des échantillons prélevés dans l’océan Pacifique. Les résultats sont publiés dans la revue Science du 21 septembre par une équipe internationale impliquant un chercheur de la Station biologique de Roscoff(CNRS/UPMC).

En savoir plus

23/10/2012

Un nouveau gène à l’origine du syndrome de cornelia de lange

Le syndrome de Cornelia de Lange, maladie génétique du développement qui affecte l’Homme, peut s’expliquer par la mutation de différents gènes, dont un qui n’avait encore jamais été mis en évidence, le gène HDAC8. Ce gène pourrait ainsi constituer un marqueur d’intérêt dans le diagnostic clinique de la maladie. L’ensemble de ces résultats ont été publiés dans la revue Nature par une équipe de l’Institut de génétique et développement de Rennes (IGDR – CNRS/Université de Rennes 1), en collaboration avec des chercheurs américains, japonais, belges, allemands, grecs, canadiens et danois.

En savoir plus

28/08/2012

Regarde-moi quand je te parle !

Lorsqu’ils communiquent gestuellement, les grands singes sont sensibles à l’attention de leur « interlocuteur », chaque geste constituant un message précis à lui délivrer. Une étude publiée dans PLoS ONE vient de démontrer que les petits singes aussi sont capables de moduler leur production de gestes communicatifs en réponse à l’attention que leur porte leur partenaire. Ces résultats ont été obtenus par une équipe du laboratoire Ethologie animale et humaine (CNRS/Université de Rennes 1). Ils soutiennent l’idée qu’à l’image de notre langage, la communication gestuelle chez les primates non-humains est de nature intentionnelle.

En savoir plus

31/07/2012

Matière noire : Xenon100 repousse les limites de détection des Wimps

JPEG - 1.6 ko

Les scientifiques de la collaboration Xenon100, dont ceux du CNRS(1), ont amélioré d’un facteur 3,5 par rapport à 2011 la précision de leurs mesures dédiées à l’observation directe de matière noire : un record mondial, basé sur l’analyse des données prises pendant 13 mois au Laboratoire national du Gran Sasso (Italie) avec le détecteur Xenon100. Réduisant grandement le périmètre d’investigation des Wimps, particules massives interagissant faiblement et pouvant expliquer en partie la nature de la matière noire de l’Univers, ces résultats permettront d’affiner les recherches futures. Ils ont fait l’objet d’un article en ligne sur ArXiv soumis à la revue Physical Review Letters.
(1)Laboratoire de physique subatomique et des technologies associées(CNRS/École des Mines de Nantes/Université de Nantes)
Pour en savoir plus

31/07/2012

Le cheval, nu nouveau modèle de dépression ?

Les principaux symptômes de la dépression humaine se retrouvent aussi chez le cheval lorsqu’il est soumis à des épisodes fréquents de stress. Cette espèce animale pourrait constituer un nouveau modèle d’étude des troubles dépressifs chez les mammifères. Cette conclusion a été publiée dans la revue PLoS ONE par des chercheurs du laboratoire Ethologie animale et humaine (CNRS/Université de Rennes 1) et du laboratoire Physiologie de la reproduction et des comportements (CNRS/INRA/Université François-Rabelais Tours/Institut français du cheval et de l’équitation).

En savoir plus

17/07/2012

 

Rechercher


sur le site de la délégation
Le CNRS Accueil Le CNRS Annuaires Mots clefs CNRS Autres sites Accueil Imprimer Contact Crédits Plan du site