Le CNRS
   A la Une > Laboratoires > En direct des labos bretons et ligériens

En direct des labos bretons et ligériens

Découvrez les résultats marquants les plus récents issus des laboratoires bretons et ligériens

Rio 2018 : Portrait de conférencier

JPEG - 9.6 ko

Sébastien Gouëzel, directeur de recherche au Laboratoire de mathématiques Jean Leray (LMJL - CNRS & Université de Nantes), est conférencier dans la section "Systèmes dynamiques et équations différentielles ordinaires", au congrès international des mathématiciens (ICM), organisé tous les quatre ans, et qui aura lieu en 2018 à Rio de Janeiro.
En direct des labos
23/04/2018

Combien de temps une racine orogénique peut-elle rester partiellement fondue ?


PNG - 10.6 koDes chercheurs de trois laboratoires français, dont Géosciences Rennes, et des géologues du Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles du Québec ont mis en évidence que sous le plateau orogénique de la Province protérozoïque de Grenville, similaire à celui du Tibet, la croûte continentale peut rester partiellement fondue pendant plus de 70 millions d’années (Ma), et même demeurer à plus de 450-500°C pendant plus de 110 Ma. De telles durées ont pu être estimées grâce à une approche combinant observations de terrain et pétrochronologie de la monazite et de l’apatite et ouvrent de nouvelles perspectives sur l’évolution thermique et mécanique des orogènes.
En direct des labos
12/04/2018

L’absorption du mercure par les feuilles réduit la pollution atmosphérique globale

JPEG - 3.6 ko

Des chercheurs du CNRS, de l’Université Grenoble Alpes et leurs collaborateurs internationaux ont démontré l’importance de l’absorption du mercure, polluant atmosphérique, par la végétation. En comparant les données relevées pour ce composé au niveau de 50 stations de surveillance forestières, marines et urbaines, ils estiment que les feuilles des plantes séquestrent chaque année la moitié des émissions anthropiques globales (principalement par les industries) de mercure soit environ 1 000 tonnes. Ils démontrent aussi que, comme pour le CO2, les concentrations de mercure dans l’air fluctuent au cours des saisons avec des niveaux plus bas en été qu’en hiver. À l’automne, les litières de feuilles ayant séquestrées le mercure le transfèrent aux sols. Cette pompe biologique joue ainsi un rôle important dans le transfert du polluant présent sous forme de trace dans l’atmosphère vers les écosystèmes aquatiques où il s’accumule jusqu’à des niveaux élevés à l’intérieur des poissons. Ces travaux sont publiés dans la revue Nature Geoscience le 2 avril 2018. L’Institut polaire français Paul-Emile Victor (IPEV) fait partie des laboratoires impliqués dans cette étude.
En direct des labos
02/04/2018

Le microbiote de l’ormeau : un couteau suisse pour la digestion des grandes algues

JPEG - 20.1 ko

Un herbivore marin est capable de dégrader des composés complexes issus des algues. Des chercheurs de la Station Biologique de Roscoff ont montré la présence d’un microbiote digestif dominant et stable dans le temps chez l’ormeau européen, quelle que soit le type d’algue ingéré. Ces travaux, menés en collaboration avec une écloserie d’ormeaux, sont parus dans la revue Microbiome le 27 Mars 2018. Ils visent à développer les connaissances sur l’utilisation des grandes algues comme fourrage pour l’élevage d’ormeaux.
En direct des labos
29/03/2018

AAU. Construire la ville, une question d’ambiances

JPEG - 3.8 ko

Vingt ans ! C’est l’âge qu’aura le laboratoire Ambiances Architectures Urbanités (AAU)courant 2018. Mais si l’on se réfère à son passé historique, l’unité est en fait presque quinquagénaire. Elle résulte de la fusion de deux équipes distinctes : d’un côté, le Centre de Recherche sur l’Espace Sonore et l’environnement urbain (Cresson) créé à Grenoble en 1979 ; de l’autre, le Centre de Recherche Nantais Architectures Urbanités (Crenau) — association du Centre de recherche méthodologique d’architecture (Cerma) né en 1971 et du laboratoire Langages, Actions Urbaines, Altérités (Laua) fondé en 1991 — hébergé au sein de l’école nationale supérieure d’architecture de Nantes. Retour sur un laboratoire en pleine expansion.
La lettre de l’INSHS - page 11
29/03/2018

L’astate plus fort que l’iode

JPEG - 2.5 ko

La chimie de l’astate, élément chimique rare et radioactif, est encore méconnue. Dans leur travail publié dans la revue Nature Chemistry, des chercheurs des laboratoires CEISAM (CNRS/Université de Nantes) et SUBATECH(CNRS/IMT Atlantique/Université de Nantes) ont mis en évidence la capacité de l’astate à former de spectaculaires interactions par liaison halogène. Une propriété qui pourrait avoir des implications dans le domaine de la médecine nucléaire, notamment pour le traitement des cancers.
En direct des labos
19/03/2018

Des molécules-aimants résistantes à l’air

JPEG - 4.2 ko

Des chercheurs de l’Institut des Sciences Chimiques de Rennes(CNRS/Université de Rennes/ENSC Rennes/INSA Rennes) ont conçu une molécule-aimant au design inédit qui lui donne la capacité d’être manipulée à l’air. Publiés dans la revue Angewandte Chemie, ces résultats permettent d’envisager du stockage d’informations à une échelle nanométrique.
En direct des labos
16/03/2018

Une synthèse efficace de nanographène hélicoïdal bicouche

JPEG - 8.1 ko

Par ses propriétés électroniques, le nanographène à deux feuillets se révèle attractif pour des transistors ou des batteries au lithium plus performants. En collaboration avec un groupe de l’Université Complutense de Madrid, des chercheurs de l’Institut des Sciences Chimiques de Rennes (CNRS/Université de Rennes/ESCR Rennes/ Insa Rennes) ont inventé une structure hélicoïdale qui permet d’en produire efficacement. Ce travail est publié dans Angewandte Chemie International Edition.
En direct des labos
16/03/2018

Diatomées pico- et nano-planctoniques : une importance sous-estimée dans les cycles biogéochimiques océaniques

PNG - 12.6 ko

Les diatomées sont l’un des principaux groupes de producteurs primaires des océans, responsables chaque année d’environ 20% du CO2 fixé par photosynthèse sur Terre. Si dans les modèles biogéochimiques, elles sont généralement assimilées au microphytoplancton (20-200 µm), il existe de nombreuses diatomées appartenant au nano- (2-20 μm) voire au pico- (< 2 μm) phytoplancton. En raison de leur très petite taille, elles sont difficiles à détecter par les méthodes classiques d’observation et sont très mal caractérisées. Au cours de la campagne DeWeX-MERMEX dans le nord-ouest de la Méditerranée, une équipe de chercheurs a mis en évidence une floraison printanière massive en 2013 de la plus petite diatomée connue (Minidiscus). En parallèle, l’analyse des données de métagénomique acquises au cours de l’opération Tara Oceans leur a permis de révéler une présence significative à l’échelle mondiale, et largement sous-estimée jusqu’à présent, de ces petites diatomées. Les chercheurs ont aussi démontré que ces espèces pouvaient être exportées rapidement vers les zones méso- et bathypélagiques sous forme d’agrégats et que des diatomées pico- et nanoplanctoniques pouvaient ainsi localement contribuer à la pompe biologique tout en alimentant également la boucle microbienne.
La Station biologique de Roscoff(SBR, CNRS / UPMC) fait partie des laboratoires impliqués.
En direct des labos
05/03/2018

ICM 2018 : Portrait de conférencier

JPEG - 4.5 ko

Serge Cantat, directeur de recherche à l’Institut de recherche mathématique de Rennes, est conférencier invité dans les sections "Géométries algébrique et complexe" et "Systèmes dynamiques et équations différentielles ordinaires" au congrès international des mathématiciens (ICM), organisé tous les quatre ans, et qui aura lieu en 2018 à Rio de Janeiro.
Entretien
03/03/2018

HySPàC : dernières nouvelles d’un carburant vertueux

JPEG - 6.9 ko

Voitures électriques à recharge rapide, coproduction d’électricité et de chaleur… De nombreuses publications issues du Groupement de Recherche « Hydrogène, Systèmes et Piles à Combustible » (GdR HySPàC) apportent de nouvelles connaissances sur l’hydrogène et son utilisation comme carburant vertueux. Respectivement directeur et membre du bureau exécutif du GdR, Olivier Joubert de l’Institut des Matériaux Jean Rouxel, et Michel Latroche reviennent pour nous sur les enjeux de ce carburant qui concentre tant d’intérêt.
Entretien
08/02/2018

La physique marine, chef de l’orchestre phytoplanctonique !

PNG - 8.6 ko

Quand biologistes et physiciens de l’Institut méditerranéen d’océanographie (MIO/PYTHÉAS, CNRS / Université de Toulon / IRD / AMU) et de la Station biologique de Roscoff(SBR, CNRS / UPMC) ont mis en commun leurs expertises pour observer la variabilité du phytoplancton océanique à une très fine échelle spatio-temporelle.
Biologistes et physiciens du MIO (Mediterranean institute of oceanography) et de la SBR ont voulu en savoir plus sur la composition de la communauté phytoplanctonique et sa variabilité associées à de petites structures dynamiques à la surface de l’océan.
En direct des labos
07/02/2018

De nouvelles perspectives en contrôle

JPEG - 4.9 ko

Dans un travail récent, Karine Beauchard, prix Michel Montpetit de l’Académie des Sciences en 2017 et son collaborateur Frédéric Marbach, de l’Institut de recherche mathématique de Rennes, introduisent une nouvelle notion de contrôlabilité permettant de dépasser certaines limites des méthodes antérieures.
En direct des labos
26/01/2018

Les mobilités enfantines en milieux urbains : des traces au discours et
parcours pour dépasser les limites spatiales

JPEG - 5 ko

Sandrine Depeau est chargée de recherche au sein du laboratoire Espaces et Sociétés (ESO, CNRS / Université Rennes 2 Université Angers / Université Caen Normandie / Le Mans Université / Université de Nantes). Ses recherches portent sur les mobilités enfantines en milieux urbains et, en particulier, sur les conditions d’apprentissage de la ville et des déplacements. Elle coordonne actuellement le programme MOBI’KIDS (ANR – PRCE 2016-2020). Sonia Chardonnel est chargée de recherches au sein de l’unité Politiques publiques, action politique, territoires (PACTE, CNRS /Université Grenoble Alpes / Sciences Po Grenoble). Ses recherches portent sur l’analyse des comportements de mobilité spatiale quotidienne en lien avec les dynamiques urbaines et métropolitaines.
La lettre de l’INSHS - Dossier Enjeux de mobilité(s), enjeux de société page 16
25/01/2018

Ingénierie du bore : une nouvelle voie de synthèse de polymères inorganiques

JPEG - 2.4 ko

Ni solvant, ni catalyseur métallique ! Des chercheurs de l’Institut des Sciences Chimiques de Rennes (CNRS/Université de Rennes 1) ont réalisé une première en synthétisant des polyaminoboranes dans des conditions réactionnelles étonnantes et avec un niveau de fonctionnalisation inédit. Cette approche par voie catalytique en milieu organique, en totale rupture avec les méthodes de synthèse habituelles, fait l’objet d’un article dans la revue Angewandte Chemie International Edition.
En direct des labos
19/01/2018

Supramolécules malléables : le rôle des ligands flexibles

JPEG - 2.5 ko

Une équipe de l’Institut des Sciences Chimiques de Rennes (CNRS/INSA/Université de Rennes) a mené la première étude systématique de l’utilisation d’une large série de ligands flexibles pour synthétiser des supramolécules aux architectures inédites. Ces travaux sont parus dans Angewandte Chemie International Edition.
En direct des labos
17/01/2018

Dispersion de larves par la turbulence de sous-mésoéchelle et la marée interne dans l’océan profond

PNG - 9.4 ko

Des chercheurs du Laboratoire d’océanographie physique et spatiale(LOPS/IUEM, CNRS / UBO / Ifremer / IRD) et du Laboratoire Environnement Profond de l’Ifremer ont réalisé des simulations numériques de la dynamique océanique dans l’océan profond aux abords de sources hydrothermales. Ils ont ainsi pu mettre en évidence la présence de "turbulence" océanique de petite échelle et montrer qu’elle avait un impact significatif sur la dispersion et le transport des effluents des sources hydrothermales et sur les larves. Cette dynamique pourrait expliquer la connectivité observée entre certains sites hydrothermaux très éloignés les uns des autres.
En direct des labos
17/01/2018

Des cellules solaires pérovskites plus stables avec moins de plomb

JPEG - 4.6 ko

Les équipes de MOLTECH-Anjou (CNRS/Université d’Angers), de l’IRCP (CNRS/Chimie-Paristech), de l’Institut des Molécules et Matériaux du Mans (CNRS/Le Mans Université) et de l’Institut des Matériaux Jean Rouxel (CNRS/Université de Nantes) ont découvert et étudié une nouvelle famille de pérovskites hybrides. Ces composés permettront de produire des cellules solaires plus stables à l‘humidité et avec moins d’éléments toxiques que les précédentes technologies. Ces travaux ont été publiés dans Angewandte Chemie International Edition.
En direct des labos
17/01/2018

 

Rechercher


sur le site de la délégation
Le CNRS Accueil Le CNRS Annuaires Mots clefs CNRS Autres sites Accueil Imprimer Contact Crédits Plan du site