Le CNRS
   A la Une > Laboratoires > En direct des labos bretons et ligériens

En direct des labos bretons et ligériens

Découvrez les résultats marquants les plus récents issus des laboratoires bretons et ligériens

Un composant monomatériau pour les cellules photovoltaïques organiques

JPEG - 9.5 ko

Au cœur de travaux de plus en plus nombreux, les cellules photovoltaïques organiques viennent épauler leurs cousines en silicium afin d’exploiter l’énergie solaire. Des chimistes de l’Institut des sciences et technologies moléculaires d’Angers (MOLTECH-Anjou, CNRS/Université d’Angers), de l’université de Mons en Belgique et de l’université canadienne de Calgary ont développé une molécule dite « unique » puisqu’elle joue seule le rôle de couche active, généralement composée d’un mélange de composés. Ces travaux, publiés dans Chemistry Squared, devraient donc simplifier la fabrication des cellules.
En direct des labos
14/11/2018

Vers un nouveau nanomatériau pour dessaler l’eau de mer

JPEG - 13.3 ko

Des chercheurs de l’Institut de physique de Rennes (IPR, CNRS/Univ. Rennes 1), de l’Institut des sciences chimiques de Rennes (ISCR, CNRS/Univ. Rennes 1/INSA Rennes/ENSCR), en collaboration avec l’université de Sherbrooke au Canada, ont utilisé des simulations numériques pour montrer que le nitrure de bore hexagonal constitue un matériau nanoporeux très efficace pour le dessalement de l’eau de mer à moindre coût. Ce résultat a débouché sur la réalisation de membranes en cours de test.
En direct des labos
30/10/2018

Cassini détecte pour la première fois des tempêtes de poussière sur Titan

JPEG - 6.8 ko

Les données de la mission internationale Cassini-Huygens, qui a exploré Saturne et ses lunes entre 2004 et 2017, ont révélé ce qui semble être des tempêtes de poussière dans les régions équatoriales de Titan. Cette découverte, décrite par une équipe de chercheurs internationale, dont du Laboratoire de planétologie et géodynamique (LPG/OSUNA, Université de Nantes/CNRS), fait de Titan seulement le troisième corps du système solaire où des tempêtes de poussière ont été observées, après la Terre et Mars. Cette observation aide les scientifiques à mieux comprendre l’environnement fascinant et dynamique de la plus grande lune de Saturne.
En direct des labos
29/10/2018

Du magnésium pour booster les batteries au lithium

JPEG - 9 ko

De plus en plus utilisées par les nouvelles technologies (smartphones, tablettes, …), les batteries « Li-ion » s’avèrent aussi de plus en plus gourmandes en ressources pour fonctionner. Une solution consiste au développement de batteries Li-ion organiques, plus vertes. Des chercheurs nantais de l’Institut des Matériaux Jean Rouxel (IMN, Université de Nantes/CNRS) et du Laboratoire de Glycochimie, des Antimicrobiens et des Agroressources (LG2A, Université de Picardie Jules Verne/CNRS) ont découvert un moyen inédit d’augmenter l’énergie de ces batteries Li-ion organiques grâce à l’ajout de magnésium. Ces résultats, publiés dans Nature Communications, pourraient permettre le développement de nouvelles batteries à faible impact environnemental et plus compétitive par rapport aux batteries Li-ion actuelles.
En direct des labos
26/10/2018

Pré-histoires, la conquête des territoires

JPEG - 11 ko

Au plus proche de nos ancêtres, ce livre vous entraîne dans une formidable enquête à la croisée de savoirs scientifiques multiples. Archéologues, géologues, anthropologues, généticiens, géographes, climatologues, écologues, zoologues, chimistes ou physiciens unissent aujourd’hui leurs compétences pour décrypter ce qui a fait l’homme hier et expliquer ce que nous sommes aujourd’hui. D’une archéologie des littoraux ou du monde souterrain à celle des plaines, des montagnes ou des milieux insulaires, cet ouvrage présente les avancées les plus récentes de notre connaissance sur la préhistoire.
Grégor Marchand du CReAAH fait partie des auteurs de cet ouvrage.
En direct des labos
26/10/2018

Une ouverture pour synthétiser de nouveaux composés lamellaires

JPEG - 10.4 ko

Avec leurs propriétés très variées, comme la supraconductivité, les matériaux lamellaires intriguent la science. Face à des procédés de fabrication lourds et énergivores, des chercheurs de l’Institut des matériaux Jean Rouxel (IMN, CNRS/Université de Nantes) proposent des alternatives à basse température. Ils ont ainsi fait réagir du cuivre avec des dimères de soufre pour former des feuillets à base de cuivre. Ces travaux, publiés dans Angewandte Chemie, ouvrent la voie à la synthèse de nombreux composés lamellaires aux propriétés électroniques remarquables, comme des matériaux à la fois conducteurs et transparents.
En direct des labos
24/10/2018

Signature en salinité de surface des modes de variabilité climatique interannuelle de l’Atlantique tropical

PNG - 10.2 ko

Dans le cadre de la thèse d’un doctorant issu du Master international d’océanographie et applications (Cotonou, Bénin), une équipe franco-béninoise de chercheurs, dont du Laboratoire d’océanographie physique et spatiale (LOPS/IUEM, CNRS / UBO / Ifremer / IRD), a identifié la signature en salinité de surface de la mer des modes de variabilité climatique interannuelle de l’océan Atlantique tropical, qui sont des structures spatiales d’anomalies qui apparaissent certaines années. Ces résultats permettent de mieux comprendre les interactions océan-atmosphère dans cette région qui donnent notamment naissance à la mousson ouest-africaine.
En direct des labos
22/10/2018

Une nouvelle couronne au royaume des cristaux liquides

JPEG - 6.4 ko

Les chimistes de l’Institut des sciences chimiques de Rennes (INSA Rennes/CNRS/ENSC Rennes/Université Rennes 1) mettent en évidence l’influence d’assemblages métalliques anioniques sur la stabilité thermique de cristaux liquides. Ce travail ouvre de nombreuses voies de recherches en photovoltaïque et opto-électronique, avec la possibilité de concurrencer les terres rares dans les applications d’affichage à écrans souples.
En direct des labos
18/10/2018

Quand les chiens accompagnent les premiers agriculteurs à travers l’Europe : un lien indéfectible il y a déjà plusieurs milliers d’années

JPEG - 17.7 ko

Quand les premiers agriculteurs-éleveurs ont migré à travers l’Europe, il y a plus de 7 000 ans, ils n’étaient pas tout seuls. Ils ont aussi emmené leur animal de compagnie préféré, le chien. Une étude internationale publiée dans la revue Biology Letters, menée par des chercheurs de l’École Normale Supérieure de Lyon, du Muséum National d’Histoire Naturelle, de l’Université de Rennes 1 (laboratoires ECOBIO et IGDR) et de l’Université d’Oxford montre qu’il y a 7500 à 9000 ans, les chiens ont accompagné les populations humaines pendant plusieurs millénaires au cours de la transition néolithique et de son expansion depuis le Proche-Orient, jusqu’au Nord et l’Ouest de l’Europe. L’étude indique également que les chiens issus du Proche-Orient ont remplacé petit à petit, au cours du Néolithique, les populations européennes de chiens associées aux chasseurs-cueilleurs et domestiquées depuis plus de 15 000 ans.
En direct des labos
17/10/2018

Un nouveau reptile volant dans le ciel provençal du Crétacé

JPEG - 12.3 ko

La découverte d’un fossile de ptérosaure du Crétacé de Provence (site de Velaux, Bouches-du-Rhône), l’un des plus complets pour cette période en Europe, vient d’être publiée par une équipe de paléontologues franco-belge, dont de Géosciences Rennes (CNRS / Université de Rennes 1). Ce spécimen unique, appartenant à un nouveau genre et espèce (Mistralazhdarcho maggii), vient confirmer la singularité et l’intérêt du gisement de Velaux, notamment pour la préservation des restes squelettiques et le cachet particulier de la faune mise au jour.
En direct des labos
17/10/2018

Comment l’Aubergine est devenue asiatique – Une histoire de génomes et d’éléphants…

JPEG - 30.4 ko

S’il est certain que l’aubergine a été domestiquée en Asie, son contexte évolutif était jusqu’à récemment très peu connu. Des chercheurs de l’Université de Rennes 1et des Muséums d’histoire naturelle de Londres et de Finlande viennent de publier dans la revue American Journal of Botany la première hypothèse solide concernant l’origine de l’aubergine et des espèces sauvages qui lui sont directement apparentées. Ces résultats vont guider les futures recherches sur l’origine de l’aubergine…
En direct des labos
02/10/2018

Le rythme des microbes planctoniques de l’océan

JPEG - 42.4 ko

Les microorganismes marins qui sont à la base des chaines alimentaires de l’océan jouent un rôle primordial pour le bon fonctionnement de l’écosystème marin. Depuis plus de 10 ans, l’Observatoire Océanologique de Banyuls (Sorbonne Université, CNRS), en collaboration notamment avec des chercheurs de la Station Biologique de Roscoff (Sorbonne Université, CNRS), s’est attaché à suivre la diversité microbienne et les paramètres physico-chimiques de l’eau au point SOLA, situé en baie de Banyuls, non loin de Perpignan. Ces travaux publiés dans la revue The ISME Journal ont permis de saisir la complexité des communautés microbiennes et de leurs fonctions mais surtout ils permettent de démontrer les liens étroits qui existent entre microorganismes et l’environnement marin au cours des saisons.
En direct des labos
02/10/2018

Les moulins de Barbegal livrent de nouveaux secrets

JPEG - 3.3 ko

Situés dans la commune de Fontvieille, à environ sept kilomètres à l’est de la ville d’Arles, l’aqueduc et les moulins de Barbegal constituent un complexe romain de meunerie hydraulique reconnu comme étant la plus grande concentration connue de puissance mécanique du monde antique. Une équipe internationale interdisciplinaire, réunissant des géologues — Cees Passchier et Gül Surmelihindi du Département des Sciences de la Terre de l’Université de Mayence et Christoph Spötl de l’Institut de Géologie d’Innsbrück —, et des archéologues — Philippe Leveau du Centre Camille Jullian (CCJ) et Vincent Bernard du Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire (CReAAH), vient de livrer de nouveaux résultats sur le fonctionnement de l’usine. Cette étude a fait l’objet d’une publication dans la revue Sciences Advances en septembre 2018.
En direct des labos
20/09/2018

Un neurone artificiel réalisé avec un isolant de Mott en couche mince

JPEG - 4.9 ko

Des chercheurs de l’Institut des matériaux Jean Rouxel ont réalisé un nouveau composant électronique qui permet de reproduire le fonctionnement d’un neurone. Ce neurone artificiel a pu être fabriqué par un procédé en couches minces, compatible avec les procédés de la microélectronique, ouvrant ainsi une voie vers la réalisation de circuits neuronaux artificiels.
CNRS innovation
20/09/2018

Modulation de l’activité océanique à sous-mésoéchelle par le couplage océan-atmosphère

JPEG - 7.1 ko

Une équipe de chercheurs du Laboratoire d’études en géophysique et océanographie spatiales (LEGOS/OMP, UPS / CNRS / CNES / IRD), du Laboratoire d’océanographie physique et spatiale(LOPS/IUEM, UBO / CNRS / Ifremer / IRD) et de l’Université de Californie (UCLA) a mis en évidence, à partir de simulations numériques, que le couplage mécanique entre les courants de surface et la tension de vent réduit l’activité océanique à sous-mésoéchelle le long des côtes californiennes. Ce couplage a des implications importantes dans la compréhension de la variabilité océanique à sous-mésoéchelle et de ses liens avec l’atmosphère. Il devra être testé dans d’autres régions afin de quantifier une éventuelle sensibilité régionale.
En direct des labos
18/09/2018

Peser les sédiments depuis l’espace

JPEG - 5 ko

Des chercheurs de Géosciences Rennes (CNRS / Univ. Rennes 1), du Groupe de recherche de géodésie spatiale (GRGS) et du Center for space research (Austin, Texas) ont montré que l’accumulation des sédiments transportés dans l’océan par les plus gros fleuves du monde pouvait être mesurée par gravimétrie spatiale, avec le satellite GRACE. Ces résultats ouvrent la voie à une meilleure quantification de l’érosion des continents, très dépendante du climat, de la tectonique et des activités anthropiques.
En direct des labos
18/09/2018

Analyse spatiotemporelle des biais issus de la modélisation régionale du climat dans les vignobles néozélandais

JPEG - 25.9 ko

Une étude menée par des chercheurs du laboratoire Littoral, environnement, télédétection, géomatique (LETG – CNRS/UBO/Univ. Caen Normandie/EPHE/Univ. Angers/Univ. Nantes/Univ. Rennes 2) et de l’Université de Canterbury (Nouvelle Zélande) et publiée dans la revue International Journal of Climatology, montre que les biais issus des sorties de modèles climatiques régionalisés peuvent être identifiés en les associant à des régimes météorologiques spécifiques. Il est essentiel de pouvoir évaluer et corriger ces biais car les principaux risques climatiques (ex : gel de printemps, grêle, vagues de chaleur...) pour la viticulture se produisent lors de situations atmosphériques spécifiques.
En direct des labos
11/09/2018

Une meilleure production solaire de dihydrogène grâce aux nanoparticules de nickel

JPEG - 7 ko

Avec sa haute énergie par unité de masse, le dihydrogène est un vecteur idéal pour la production d’énergie. Il s’obtient par électrolyse de l’eau, une réaction qui réclame le passage d’un courant électrique entre deux électrodes : une anode et une cathode. Les anodes en silicium présentent de nombreux avantages, mais ont besoin de lumière et s’usent particulièrement vite. Des chercheurs de l’Institut des sciences chimiques de Rennes (CNRS/INSA Rennes/ENSCR/Université Rennes 1) et du synchrotron SOLEIL ont développé une nouvelle technique pour les rendre plus efficaces, plus résistantes et moins chères. Ces travaux sont publiés dans la revue Energy & Environmental Science.
En direct des labos
01/08/2018

La plus vieille biodiversité de communauté bactérienne, datée de 2,1 milliards d’années et son implication dans la conservation du biota francevillien


JPEG - 6.3 koUne équipe internationale, comprenant des chercheurs issus de trois laboratoires français, dont Géosciences Rennes, vient de mettre en lumière les plus vieilles communautés bactériennes les mieux conservées jamais décrites. Ces communautés, qui datent de 2,1 milliards d’années sont spatialement et temporellement en parfaite symbiose avec les plus vieux macro-fossiles découverts dans le même site fossilifère au Gabon. L’ensemble de ce biota a prospéré en phase avec l’oxygénation optimale de l’atmosphère de l’époque.
En direct des labos
08/08/2018

Un premier conducteur moléculaire radicalaire à pression ambiante


JPEG - 13.5 koLes matériaux moléculaires qui peuvent conduire le courant aussi bien que les métaux se présentent le plus souvent sous forme de sels associant des espèces neutres, et des espèces chargées (les sels à valence mixte), ou, plus rarement, sous forme de composés radicalaires neutres. De tels composés n’offrent éventuellement une conduction métallique qu’à des pressions énormes. Dans des travaux publiés dans le Journal of the American Chemistry Society, des chercheurs de l’Institut des sciences chimiques de Rennes (ISCR), en collaboration avec des collègues d’Orsay, de Luxembourg et de Barcelone ont développé le tout premier conducteur moléculaire radicalaire qui se comporte comme un métal à pression ambiante.
En direct des labos
20/07/2018

Le réseau régional de personnes-ressources Hypothèses


Conservatrice de bibliothèque, Marie-Laure Malingre est membre de l’Unité Régionale de Formation à l’Information Scientifique et Technique (URFIST) de Bretagne et des Pays de la Loire. Morgane Mignon et Amélie Renard sont toutes deux ingénieures en humanités numériques, la première à la Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne, la seconde à la Maison des Sciences de l’Homme Ange-Guépin. Toutes trois ont participé à la constitution d’un réseau régional de personnes-ressources Hypothèses en Bretagne et Pays de la Loire avec l’objectif d’accompagner la communauté SHS dans la création et la gestion de carnets de recherche.
La lettre de l’INSHS page 6
18/07/2018

Les isolants de Mott hors équilibre : un pas vers la Mottronique

JPEG - 6.9 ko

Des chercheurs de l’Institut des matériaux Jean Rouxel (IMN), de l’Institut des sciences chimiques de Rennes (ISCR) et du Laboratoire de Physique des Solides ont expliqué la manière dont des matériaux innovants, les isolants de Mott, deviennent conducteurs grâce à l’application d’une tension. Ces travaux, publiés dans Physical Review Letters, permettent d’envisager des mémoires et neurones artificiels pour l’électronique de demain.
En direct des labos
09/07/2018

Des pistes pour améliorer les propriétés des semiconducteurs pérovskites

JPEG - 9.7 ko

Les pérovskites halogénées sont une nouvelle classe de semiconducteurs très prometteurs pour des applications optoélectroniques à bas coût. Des chercheurs de l’Institut des sciences chimiques de Rennes (ISCR) et de l’Institut Fonctions optiques pour les technologies de l’information (FOTON)ont exploré les mécanismes responsables de leurs caractéristiques remarquables, dans la perspective d’améliorer leurs propriétés. Les résultats sont publiés dans la revue Nature Materials.
En direct des labos
09/07/2018

Biofaçade : deux années de culture d’algues à front d’immeuble

JPEG - 6.8 ko

Au moment de choisir un endroit où cultiver des algues, la devanture d’un immeuble n’est a priori pas la première idée qui vient. La biofaçade du Centre scientifique et technique du bâtiment à Champs-sur-Marne (77) fête pourtant ses deux premières années d’activités, avec ses 200 m² de bioréacteurs étalés sur quatre étages. Piloté par le consortium SymBIO2, auquel participe le laboratoire Génie des procédés - environnement - agroalimentaire, ce programme montre le potentiel fascinant de la production d’algues en milieu urbain.
En direct des labos
25/06/2018

Un photobioréacteur pour la culture intensive des microalgues

JPEG - 29.1 ko

Le laboratoire Génie des procédés – environnement – agroalimentaire (GEPEA)et l’Institut Pascal ont mis au point un photobioréacteur modulaire 15 à 30 fois plus efficace que les technologies existantes pour la production de microalgues. Un développement industriel est en cours avec deux entreprises.
CNRS Innovation
21/06/2018

La grande oxygénation de l’atmosphère terrestre revisitée

PNG - 7.3 ko

Pour comprendre quand, comment et à quelle vitesse l’oxygène est devenu un composant de notre atmosphère entre environ 2,5 et 2,2 milliards d’années, une équipe internationale, dont des chercheurs du Laboratoire géosciences océan, a étudié la systématique des quatre isotopes du soufre dans plus de 700 mètres de dépôts sédimentaires australiens. Les résultats obtenus montrent que l’oxygénation de la planète a commencé bien plus tôt que traditionnellement admis et que son enregistrement n’a pas été synchrone d’un continent à l’autre (Australie, Afrique du Sud, Amérique du Nord) mais étalé dans le temps sur presque 300 millions d’années. Ce décalage apparent reflète un effet local lié à l’altération en conditions oxydantes de surfaces continentales plus anciennes.
En direct des labos
08/06/2018

Molécules-aimants à base de terres rares : l’union fait la force !

JPEG - 12.2 ko

Un composé métallo-organique (Metal-Organic Framework, MOF) à base de terres rares montre l’efficacité d’une organisation collective de molécules-aimants pour l’obtention de composés magnétiques moléculaires. Ce résultat va à l’encontre de l’hypothèse habituelle qui veut que l’isolation d’une molécule-aimant de ses voisins soit la principale clé pour améliorer ses propriétés. Ce travail, publié dans Chemistry A European Journal, a été mené conjointement par des équipes de l’Institut des sciences chimiques de Rennes(CNRS/INSA Rennes/ENSCR/Université de Rennes 1), de l’université de Ziguinchor (Sénégal) et de l’université de Florence (Italie).
En direct des labos
29/05/2018

Entre vagues et glace de mer, l’impact est à double tranchant

JPEG - 7.6 ko

Des chercheurs du Laboratoire d’océanographie physique et spatiale(LOPS/IUEM, CNRS / UBO / Ifremer / IRD) viennent de mettre en évidence que les vagues peuvent être beaucoup plus rapidement atténuées par la glace de mer que ce qu’ils pensaient, cette atténuation, très variable, ne dépendant pas des caractéristiques des vagues hors glace. Ils ont également montré que les vagues ont un impact profond sur l’étendue et l’épaisseur de la glace de mer.
En direct des labos
28/05/2018

ANR MIGSAN : Migrations et santé

JPEG - 9.9 ko

Rappelons d’emblée un fait : il n’y a pas de relation mécanique entre migrations et santé : les migrants ne sont pas tous malades, l’idée de l’existence de « maladie de migrants » a été évacuée depuis longtemps, de même celle d’un supposé « tourisme médical » de migrants attirés par le système de santé français. Cependant, toutes les recherches convergent pour signaler la persistance voire le renforcement des inégalités de santé et d’accès aux soins pour les migrants en France.
Dans cet ensemble d’analyses, le projet MIGSAN prend part aux débats, depuis 2016, d’une part en explorant la santé et les soins du point de vue de l’expérience des migrants et, d’autre part, en questionnant les changements et adaptations à l’oeuvre dans ce secteur particulier de l’action publique, fortement connecté à d’autres secteurs politiques. Dans son ensemble, le programme de recherche interroge les vécus des expériences de maladie et des mondes sociaux des migrants, tout en questionnant la façon dont ils sont pris en charge dans le secteur sanitaire, notamment hospitalier. Quelles sont les trajectoires de soin des primo-arrivants et leurs expériences des épisodes de maladie ?
Estelle d’Halluin du CENS et Victoire Cottereau, Sylvie Morel, Anne-Cécile Hoyez (coordinatrice ANR MIGSAN) du laboratoire ESO font partie de l’équipe du projet MIGSAN.
La lettre de l’INSHS - page 19
25/05/2018

Les aires protégées de plus en plus cernées par les pollutions lumineuses

PNG - 24.1 ko

Une étude menée par des chercheurs du laboratoire Littoral - Environnement - Télédétection - Géomatique (LETG) et publiée dans la revue Biological Conservation, montre qu’en 20 ans les pollutions lumineuses nocturnes épargnent en partie les aires protégées mais qu’elles se concentrent de plus en plus autour d’elles, formant de véritables auréoles lumineuses. Les aires protégées, clés de voûte des mesures de protection de la nature, constituent donc les derniers remparts face à l’anthropisation massive de notre planète mais elles ressemblent de plus en plus à des confettis de nature au milieu de paysages toujours plus dominés par l’Homme.
En direct des labos
24/05/2018

Des systèmes dynamiques faiblement chaotiques

JPEG - 3.8 ko

Les systèmes dynamiques physiques décrits par des lois d’évolution déterministes sont souvent extrêmement complexes. Pour les étudier, il est parfois possible de montrer que leur comportement est très semblable à celui d’un système aléatoire. Dans certains cas, ce système aléatoire peut même être considéré comme proche d’un système où les positions successives sont tirées au hasard indépendamment les unes des autres. Cette description n’est jamais parfaitement exacte, mais si le système initial est suffisamment chaotique (on parle souvent d’effet papillon pour le grand public, alors que les mathématiciens parlent de mélange exponentiel), on peut démontrer que cette approximation est suffisamment bonne pour que nombre de résultats probabilistes classiques s’appliquent à notre système physique initial déterministe, et permettent de décrire son comportement de manière satisfaisante pour la plupart des conditions initiales. Dans un article récent, J. Dedecker, S. Gouëzel et F. Merlevède s’intéressent à des systèmes dynamiques plus complexes à analyser car leurs propriétés chaotiques sont faibles
En direct des labos
27/04/2018

Des métasurfaces transposent d’une octave le son

JPEG - 6.3 ko

Lors d’un écho, les voix renvoyées gardent leur tessiture d’origine malgré leurs multiples réflexions. Des chercheurs du Laboratoire d’acoustique de l’université du Mans et de l’université de Harvard ont cependant démontré que certaines surfaces hors normes renvoyaient une onde sonore en la transposant d’une octave. Selon ces travaux publiés dans la revue Journal of Applied Physics, ces métasurfaces fonctionnent même à des épaisseurs extrêmement faibles.
En direct des labos
27/04/2018

Rio 2018 : Portrait de conférencier

JPEG - 9.6 ko

Sébastien Gouëzel, directeur de recherche au Laboratoire de mathématiques Jean Leray (LMJL - CNRS & Université de Nantes), est conférencier dans la section "Systèmes dynamiques et équations différentielles ordinaires", au congrès international des mathématiciens (ICM), organisé tous les quatre ans, et qui aura lieu en 2018 à Rio de Janeiro.
En direct des labos
23/04/2018

Concours mondial d’innovation : les lauréats CNRS de la phase 2


JPEG - 5 koSuite à la première phase du Concours mondial d’innovation, la Direction générale aux entreprises du ministère de l’Economie et des Finances a annoncé les noms des trente lauréats de sa deuxième phase « levée de risque ». Parmi les entreprises sélectionnées, neuf projets impliquent des laboratoires du CNRS. Créée en 2014, la startup Kemwatt est spécialisée dans le stockage d’énergie grâce à ses batteries à électrolytes circulants. Son projet Infinit vise à stocker l’énergie en grande quantité grâce une batterie utilisant des molécules organiques, biodégradables et recyclables. Kemwatt est issue de l’Institut des sciences chimiques de Rennes(CNRS/Université Rennes 1/ENSCR/Insa Rennes).
CNRS Innovation
19/04/2018

Combien de temps une racine orogénique peut-elle rester partiellement fondue ?


PNG - 10.6 koDes chercheurs de trois laboratoires français, dont Géosciences Rennes, et des géologues du Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles du Québec ont mis en évidence que sous le plateau orogénique de la Province protérozoïque de Grenville, similaire à celui du Tibet, la croûte continentale peut rester partiellement fondue pendant plus de 70 millions d’années (Ma), et même demeurer à plus de 450-500°C pendant plus de 110 Ma. De telles durées ont pu être estimées grâce à une approche combinant observations de terrain et pétrochronologie de la monazite et de l’apatite et ouvrent de nouvelles perspectives sur l’évolution thermique et mécanique des orogènes.
En direct des labos
12/04/2018

L’absorption du mercure par les feuilles réduit la pollution atmosphérique globale

JPEG - 3.6 ko

Des chercheurs du CNRS, de l’Université Grenoble Alpes et leurs collaborateurs internationaux ont démontré l’importance de l’absorption du mercure, polluant atmosphérique, par la végétation. En comparant les données relevées pour ce composé au niveau de 50 stations de surveillance forestières, marines et urbaines, ils estiment que les feuilles des plantes séquestrent chaque année la moitié des émissions anthropiques globales (principalement par les industries) de mercure soit environ 1 000 tonnes. Ils démontrent aussi que, comme pour le CO2, les concentrations de mercure dans l’air fluctuent au cours des saisons avec des niveaux plus bas en été qu’en hiver. À l’automne, les litières de feuilles ayant séquestrées le mercure le transfèrent aux sols. Cette pompe biologique joue ainsi un rôle important dans le transfert du polluant présent sous forme de trace dans l’atmosphère vers les écosystèmes aquatiques où il s’accumule jusqu’à des niveaux élevés à l’intérieur des poissons. Ces travaux sont publiés dans la revue Nature Geoscience le 2 avril 2018. L’Institut polaire français Paul-Emile Victor (IPEV) fait partie des laboratoires impliqués dans cette étude.
En direct des labos
02/04/2018

Le microbiote de l’ormeau : un couteau suisse pour la digestion des grandes algues

JPEG - 20.1 ko

Un herbivore marin est capable de dégrader des composés complexes issus des algues. Des chercheurs de la Station Biologique de Roscoff ont montré la présence d’un microbiote digestif dominant et stable dans le temps chez l’ormeau européen, quelle que soit le type d’algue ingéré. Ces travaux, menés en collaboration avec une écloserie d’ormeaux, sont parus dans la revue Microbiome le 27 Mars 2018. Ils visent à développer les connaissances sur l’utilisation des grandes algues comme fourrage pour l’élevage d’ormeaux.
En direct des labos
29/03/2018

AAU. Construire la ville, une question d’ambiances

JPEG - 3.8 ko

Vingt ans ! C’est l’âge qu’aura le laboratoire Ambiances Architectures Urbanités (AAU)courant 2018. Mais si l’on se réfère à son passé historique, l’unité est en fait presque quinquagénaire. Elle résulte de la fusion de deux équipes distinctes : d’un côté, le Centre de Recherche sur l’Espace Sonore et l’environnement urbain (Cresson) créé à Grenoble en 1979 ; de l’autre, le Centre de Recherche Nantais Architectures Urbanités (Crenau) — association du Centre de recherche méthodologique d’architecture (Cerma) né en 1971 et du laboratoire Langages, Actions Urbaines, Altérités (Laua) fondé en 1991 — hébergé au sein de l’école nationale supérieure d’architecture de Nantes. Retour sur un laboratoire en pleine expansion.
La lettre de l’INSHS - page 11
29/03/2018

L’astate plus fort que l’iode

JPEG - 2.5 ko

La chimie de l’astate, élément chimique rare et radioactif, est encore méconnue. Dans leur travail publié dans la revue Nature Chemistry, des chercheurs des laboratoires CEISAM (CNRS/Université de Nantes) et SUBATECH(CNRS/IMT Atlantique/Université de Nantes) ont mis en évidence la capacité de l’astate à former de spectaculaires interactions par liaison halogène. Une propriété qui pourrait avoir des implications dans le domaine de la médecine nucléaire, notamment pour le traitement des cancers.
En direct des labos
19/03/2018

Des molécules-aimants résistantes à l’air

JPEG - 4.2 ko

Des chercheurs de l’Institut des Sciences Chimiques de Rennes(CNRS/Université de Rennes/ENSC Rennes/INSA Rennes) ont conçu une molécule-aimant au design inédit qui lui donne la capacité d’être manipulée à l’air. Publiés dans la revue Angewandte Chemie, ces résultats permettent d’envisager du stockage d’informations à une échelle nanométrique.
En direct des labos
16/03/2018

Une synthèse efficace de nanographène hélicoïdal bicouche

JPEG - 8.1 ko

Par ses propriétés électroniques, le nanographène à deux feuillets se révèle attractif pour des transistors ou des batteries au lithium plus performants. En collaboration avec un groupe de l’Université Complutense de Madrid, des chercheurs de l’Institut des Sciences Chimiques de Rennes (CNRS/Université de Rennes/ESCR Rennes/ Insa Rennes) ont inventé une structure hélicoïdale qui permet d’en produire efficacement. Ce travail est publié dans Angewandte Chemie International Edition.
En direct des labos
16/03/2018

Diatomées pico- et nano-planctoniques : une importance sous-estimée dans les cycles biogéochimiques océaniques

PNG - 12.6 ko

Les diatomées sont l’un des principaux groupes de producteurs primaires des océans, responsables chaque année d’environ 20% du CO2 fixé par photosynthèse sur Terre. Si dans les modèles biogéochimiques, elles sont généralement assimilées au microphytoplancton (20-200 µm), il existe de nombreuses diatomées appartenant au nano- (2-20 μm) voire au pico- (< 2 μm) phytoplancton. En raison de leur très petite taille, elles sont difficiles à détecter par les méthodes classiques d’observation et sont très mal caractérisées. Au cours de la campagne DeWeX-MERMEX dans le nord-ouest de la Méditerranée, une équipe de chercheurs a mis en évidence une floraison printanière massive en 2013 de la plus petite diatomée connue (Minidiscus). En parallèle, l’analyse des données de métagénomique acquises au cours de l’opération Tara Oceans leur a permis de révéler une présence significative à l’échelle mondiale, et largement sous-estimée jusqu’à présent, de ces petites diatomées. Les chercheurs ont aussi démontré que ces espèces pouvaient être exportées rapidement vers les zones méso- et bathypélagiques sous forme d’agrégats et que des diatomées pico- et nanoplanctoniques pouvaient ainsi localement contribuer à la pompe biologique tout en alimentant également la boucle microbienne.
La Station biologique de Roscoff(SBR, CNRS / UPMC) fait partie des laboratoires impliqués.
En direct des labos
05/03/2018

ICM 2018 : Portrait de conférencier

JPEG - 4.5 ko

Serge Cantat, directeur de recherche à l’Institut de recherche mathématique de Rennes, est conférencier invité dans les sections "Géométries algébrique et complexe" et "Systèmes dynamiques et équations différentielles ordinaires" au congrès international des mathématiciens (ICM), organisé tous les quatre ans, et qui aura lieu en 2018 à Rio de Janeiro.
Entretien
03/03/2018

HySPàC : dernières nouvelles d’un carburant vertueux

JPEG - 6.9 ko

Voitures électriques à recharge rapide, coproduction d’électricité et de chaleur… De nombreuses publications issues du Groupement de Recherche « Hydrogène, Systèmes et Piles à Combustible » (GdR HySPàC) apportent de nouvelles connaissances sur l’hydrogène et son utilisation comme carburant vertueux. Respectivement directeur et membre du bureau exécutif du GdR, Olivier Joubert de l’Institut des Matériaux Jean Rouxel, et Michel Latroche reviennent pour nous sur les enjeux de ce carburant qui concentre tant d’intérêt.
Entretien
08/02/2018

La physique marine, chef de l’orchestre phytoplanctonique !

PNG - 8.6 ko

Quand biologistes et physiciens de l’Institut méditerranéen d’océanographie (MIO/PYTHÉAS, CNRS / Université de Toulon / IRD / AMU) et de la Station biologique de Roscoff(SBR, CNRS / UPMC) ont mis en commun leurs expertises pour observer la variabilité du phytoplancton océanique à une très fine échelle spatio-temporelle.
Biologistes et physiciens du MIO (Mediterranean institute of oceanography) et de la SBR ont voulu en savoir plus sur la composition de la communauté phytoplanctonique et sa variabilité associées à de petites structures dynamiques à la surface de l’océan.
En direct des labos
07/02/2018

De nouvelles perspectives en contrôle

JPEG - 4.9 ko

Dans un travail récent, Karine Beauchard, prix Michel Montpetit de l’Académie des Sciences en 2017 et son collaborateur Frédéric Marbach, de l’Institut de recherche mathématique de Rennes, introduisent une nouvelle notion de contrôlabilité permettant de dépasser certaines limites des méthodes antérieures.
En direct des labos
26/01/2018

Les mobilités enfantines en milieux urbains : des traces au discours et
parcours pour dépasser les limites spatiales

JPEG - 5 ko

Sandrine Depeau est chargée de recherche au sein du laboratoire Espaces et Sociétés (ESO, CNRS / Université Rennes 2 Université Angers / Université Caen Normandie / Le Mans Université / Université de Nantes). Ses recherches portent sur les mobilités enfantines en milieux urbains et, en particulier, sur les conditions d’apprentissage de la ville et des déplacements. Elle coordonne actuellement le programme MOBI’KIDS (ANR – PRCE 2016-2020). Sonia Chardonnel est chargée de recherches au sein de l’unité Politiques publiques, action politique, territoires (PACTE, CNRS /Université Grenoble Alpes / Sciences Po Grenoble). Ses recherches portent sur l’analyse des comportements de mobilité spatiale quotidienne en lien avec les dynamiques urbaines et métropolitaines.
La lettre de l’INSHS - Dossier Enjeux de mobilité(s), enjeux de société page 16
25/01/2018

Ingénierie du bore : une nouvelle voie de synthèse de polymères inorganiques

JPEG - 2.4 ko

Ni solvant, ni catalyseur métallique ! Des chercheurs de l’Institut des Sciences Chimiques de Rennes (CNRS/Université de Rennes 1) ont réalisé une première en synthétisant des polyaminoboranes dans des conditions réactionnelles étonnantes et avec un niveau de fonctionnalisation inédit. Cette approche par voie catalytique en milieu organique, en totale rupture avec les méthodes de synthèse habituelles, fait l’objet d’un article dans la revue Angewandte Chemie International Edition.
En direct des labos
19/01/2018

Supramolécules malléables : le rôle des ligands flexibles

JPEG - 2.5 ko

Une équipe de l’Institut des Sciences Chimiques de Rennes (CNRS/INSA/Université de Rennes) a mené la première étude systématique de l’utilisation d’une large série de ligands flexibles pour synthétiser des supramolécules aux architectures inédites. Ces travaux sont parus dans Angewandte Chemie International Edition.
En direct des labos
17/01/2018

Dispersion de larves par la turbulence de sous-mésoéchelle et la marée interne dans l’océan profond

PNG - 9.4 ko

Des chercheurs du Laboratoire d’océanographie physique et spatiale(LOPS/IUEM, CNRS / UBO / Ifremer / IRD) et du Laboratoire Environnement Profond de l’Ifremer ont réalisé des simulations numériques de la dynamique océanique dans l’océan profond aux abords de sources hydrothermales. Ils ont ainsi pu mettre en évidence la présence de "turbulence" océanique de petite échelle et montrer qu’elle avait un impact significatif sur la dispersion et le transport des effluents des sources hydrothermales et sur les larves. Cette dynamique pourrait expliquer la connectivité observée entre certains sites hydrothermaux très éloignés les uns des autres.
En direct des labos
17/01/2018

Des cellules solaires pérovskites plus stables avec moins de plomb

JPEG - 4.6 ko

Les équipes de MOLTECH-Anjou (CNRS/Université d’Angers), de l’IRCP (CNRS/Chimie-Paristech), de l’Institut des Molécules et Matériaux du Mans (CNRS/Le Mans Université) et de l’Institut des Matériaux Jean Rouxel (CNRS/Université de Nantes) ont découvert et étudié une nouvelle famille de pérovskites hybrides. Ces composés permettront de produire des cellules solaires plus stables à l‘humidité et avec moins d’éléments toxiques que les précédentes technologies. Ces travaux ont été publiés dans Angewandte Chemie International Edition.
En direct des labos
17/01/2018

 

Rechercher


sur le site de la délégation
Le CNRS Accueil Le CNRS Annuaires Mots clefs CNRS Autres sites Accueil Imprimer Contact Crédits Plan du site