Le CNRS
   A la Une > Laboratoires > En direct des labos bretons et ligériens

En direct des labos bretons et ligériens

Découvrez les résultats marquants les plus récents issus des laboratoires bretons et ligériens

La physique marine, chef de l’orchestre phytoplanctonique !

PNG - 8.6 ko

Quand biologistes et physiciens de l’Institut méditerranéen d’océanographie (MIO/PYTHÉAS, CNRS / Université de Toulon / IRD / AMU) et de la Station biologique de Roscoff(SBR, CNRS / UPMC) ont mis en commun leurs expertises pour observer la variabilité du phytoplancton océanique à une très fine échelle spatio-temporelle.
Biologistes et physiciens du MIO (Mediterranean institute of oceanography) et de la SBR ont voulu en savoir plus sur la composition de la communauté phytoplanctonique et sa variabilité associées à de petites structures dynamiques à la surface de l’océan.
En direct des labos
07/02/2018

De nouvelles perspectives en contrôle

JPEG - 4.9 ko

Dans un travail récent, Karine Beauchard, prix Michel Montpetit de l’Académie des Sciences en 2017 et son collaborateur Frédéric Marbach, de l’Institut de recherche mathématique de Rennes, introduisent une nouvelle notion de contrôlabilité permettant de dépasser certaines limites des méthodes antérieures.
En direct des labos
26/01/2018

Les mobilités enfantines en milieux urbains : des traces au discours et
parcours pour dépasser les limites spatiales

JPEG - 5 ko

Sandrine Depeau est chargée de recherche au sein du laboratoire Espaces et Sociétés (ESO, CNRS / Université Rennes 2 Université Angers / Université Caen Normandie / Le Mans Université / Université de Nantes). Ses recherches portent sur les mobilités enfantines en milieux urbains et, en particulier, sur les conditions d’apprentissage de la ville et des déplacements. Elle coordonne actuellement le programme MOBI’KIDS (ANR – PRCE 2016-2020). Sonia Chardonnel est chargée de recherches au sein de l’unité Politiques publiques, action politique, territoires (PACTE, CNRS /Université Grenoble Alpes / Sciences Po Grenoble). Ses recherches portent sur l’analyse des comportements de mobilité spatiale quotidienne en lien avec les dynamiques urbaines et métropolitaines.
La lettre de l’INSHS - Dossier Enjeux de mobilité(s), enjeux de société page 16
25/01/2018

Ingénierie du bore : une nouvelle voie de synthèse de polymères inorganiques

JPEG - 2.4 ko

Ni solvant, ni catalyseur métallique ! Des chercheurs de l’Institut des Sciences Chimiques de Rennes (CNRS/Université de Rennes 1) ont réalisé une première en synthétisant des polyaminoboranes dans des conditions réactionnelles étonnantes et avec un niveau de fonctionnalisation inédit. Cette approche par voie catalytique en milieu organique, en totale rupture avec les méthodes de synthèse habituelles, fait l’objet d’un article dans la revue Angewandte Chemie International Edition.
En direct des labos
19/01/2018

Supramolécules malléables : le rôle des ligands flexibles

JPEG - 2.5 ko

Une équipe de l’Institut des Sciences Chimiques de Rennes (CNRS/INSA/Université de Rennes) a mené la première étude systématique de l’utilisation d’une large série de ligands flexibles pour synthétiser des supramolécules aux architectures inédites. Ces travaux sont parus dans Angewandte Chemie International Edition.
En direct des labos
17/01/2018

Dispersion de larves par la turbulence de sous-mésoéchelle et la marée interne dans l’océan profond

PNG - 9.4 ko

Des chercheurs du Laboratoire d’océanographie physique et spatiale(LOPS/IUEM, CNRS / UBO / Ifremer / IRD) et du Laboratoire Environnement Profond de l’Ifremer ont réalisé des simulations numériques de la dynamique océanique dans l’océan profond aux abords de sources hydrothermales. Ils ont ainsi pu mettre en évidence la présence de "turbulence" océanique de petite échelle et montrer qu’elle avait un impact significatif sur la dispersion et le transport des effluents des sources hydrothermales et sur les larves. Cette dynamique pourrait expliquer la connectivité observée entre certains sites hydrothermaux très éloignés les uns des autres.
En direct des labos
17/01/2018

Des cellules solaires pérovskites plus stables avec moins de plomb

JPEG - 4.6 ko

Les équipes de MOLTECH-Anjou (CNRS/Université d’Angers), de l’IRCP (CNRS/Chimie-Paristech), de l’Institut des Molécules et Matériaux du Mans (CNRS/Le Mans Université) et de l’Institut des Matériaux Jean Rouxel (CNRS/Université de Nantes) ont découvert et étudié une nouvelle famille de pérovskites hybrides. Ces composés permettront de produire des cellules solaires plus stables à l‘humidité et avec moins d’éléments toxiques que les précédentes technologies. Ces travaux ont été publiés dans Angewandte Chemie International Edition.
En direct des labos
17/01/2018

 

Rechercher


sur le site de la délégation
Le CNRS Accueil Le CNRS Annuaires Mots clefs CNRS Autres sites Accueil Imprimer Contact Crédits Plan du site