Le CNRS
   A la Une > Médias > Espace presse

Espace presse

La France : leader européen dans les bioraffineries de macro-algues

JPEG - 4.6 ko

Le lancement officiel du projet européen Horizon 2020 « GENIALG, Gene tic diversity exploitation for Innovative macro-ALGal biorefinery » aura lieu le mardi 24 janvier 2017 à la Station Biologique de Roscoff, en présence de plus de 70 membres du consortium européen et d’acteurs de la filière algues. Avec ce projet qui vise à développer la valorisation des cultures des grandes algues marines dans les bioraffineries, à renforcer la compétitivité des filières d’exploitation et à promouvoir des méthodes de production durable, la France se positionne en leader européen dans les bioraffineries de macro-algues. Doté d’une subvention européenne de 11 M€ sur 4 ans, le projet GENIALG réunit 19 partenaires publics et privés de 6 pays européens. Il prolonge à l’échelle européenne le travail mené dans le cadre du projet Investissements d’Avenir IDEALG en assurant le transfert vers les entreprises des connaissances acquises au cours du projet IDEALG.

Communiqué de presse

Le CNRS partenaire des Journées nationales de l’innovation en santé

JPEG - 18.2 ko

Un bracelet de contrôle des émotions pour les autistes, un « corset virtuel » pour aider les personnes atteintes de scoliose à corriger leur posture, des solutions originales pour détecter les polluants dans l’environnement… Ce sont quelques-unes des innovations que le CNRS présentera sur son stand aux Journées nationales de l’innovation en santé, et dans des émissions de CNRS la radio, du 27 au 29 janvier à la Cité des sciences et de l’industrie, à Paris.
Ferid Haddad du Laboratoire de physique subatomique et des technologies associées participera à la table-ronde "Cancer : de la détection aux traitements". Eric Le Carpentier du Laboratoire des Sciences du Numérique à Nantes participera à la table ronde "Vivre avec des organes artificiels". Le Laboratoire des Sciences du Numérique de Nantes présentera la "Main bionique myo-commandée par le cerveau".
Communiqué de presse

CNRS Jeunes “Sciences et Citoyens” : nouvelle formule !

Le 28 janvier 2017, des jeunes de 17 à 25 ans, étudiant.es ou engagé.es dans la vie active, et une trentaine de chercheur.es de toutes disciplines se réuniront à Rennes. En proposant ce rendez-vous annuel de réflexion et d’échange, le CNRS permet aux jeunes et aux chercheur.es de débattre et de dialoguer en toute liberté. Les chercheur.es amènent les jeunes, préoccupés par leur avenir et le devenir de la planète, à approfondir leur réflexion sur des sujets touchant aux grands problèmes de notre temps. Ainsi le CNRS affirme son implication dans les réalités sociales, économiques et culturelles. Dans cet esprit, le comité scientifique a choisi trois thèmes de discussion illustrant les liens entre science et société :
• Science et religion
• Souvenirs, souvenirs : mémoires électronique, synaptique et historique
• La photographie, du reflet du réel à l’outil de communication

Ne manquez pas cet événement exceptionnel, inscrivez-vous rapidement !
Les Rencontres CNRS Jeunes "Sciences et Citoyens" sont organisées par le CNRS en partenariat avec l’Association fédérative nationale des étudiants universitaires scientifiques (l’AFNEUS), l’Université de Rennes 1 et l’Académie de Rennes.
Communiqué de presse

Bourses ERC « Consolidator » : le CNRS en tête des organismes européens

JPEG - 3.2 ko

Le Conseil européen de la recherche (ERC) annonce les résultats de l’appel "ERC Consolidator Grant 2016" qui récompense des chercheurs d’excellence ayant entre 7 à 12 ans d’expérience après leur thèse. Au total, toutes disciplines confondues, ce sont 314 projets qui ont été sélectionnés, parmi lesquels 43 projets sont hébergés par la France. Avec 25 lauréats, le CNRS arrive à nouveau en tête de cet appel, suivi par l’université d’Oxford avec neuf lauréats.

Les lauréats bretons et ligériens sont :

Communiqué de presse

« Le vivant comme modèle » : le CNRS s’affiche dans le métro

JPEG - 21.8 ko

Que ce soit pour concevoir de nouveaux matériaux ou inventer la médecine de demain, les chercheurs du CNRS prennent souvent « Le vivant comme modèle » pour innover. Leurs réalisations sont l’objet d’une exposition conçue par le CNRS, en partenariat avec la RATP, que les usagers du métro parisien pourront découvrir dans le couloir de la station Montparnasse-Bienvenüe, à partir du 5 décembre et pour 2 mois. Elle est aussi présentée sur un site web, enrichie de ressources multimédias. Les chercheurs de nos laboratoires vous font découvrir leurs recherches et leurs applications inspirées de la nature :

  • Une main bionique commandée par les muscles par l’Institut de recherche en communications et cybernétique de Nantes
  • Un matériau qui bouge sans moteur comme la pomme de pin par l’Institut de recherche Dupuy de Lôme
  • Des robots pour surveiller la lagune de Venise inspirés de poissons... de nénuphars... et de moules par l’Institut de recherche en communications et cybernétique de Nantes
  • De nouveaux algorithmes de construction codés par les fourmis par le Laboratoire d’Informatique de Nantes Atlantique.

Communiqué de presse

De nouvelles preuves d’un passé humide sur Mars il y a 3,8 milliards d’années

JPEG - 4.2 ko

La planète rouge a connu quelques millions d’années d’humidité. Une équipe internationale, comprenant des chercheurs du Laboratoire de planétologie et de géodynamique de Nantes et de l’Institut d’astrophysique spatiale, a identifié sur Mars des strates sédimentaires d’origine lacustre. Leurs caractéristiques impliquent qu’un climat favorable à l’eau liquide se soit longuement maintenu sur la planète rouge il y a 3,8 milliards d’années. Ces travaux ont été publiés dans Journal of Geophysical Research-Planets.
Communiqué de presse

Erwan Amice, Assistant en techniques d’étude des milieux naturels et ruraux, plongeur et photographe, distingué par la Médaille de cristal du CNRS

Explorer les fonds marins pour en décrypter les mécanismes chimiques, biologiques ou géologiques, telle est la passion d’Erwan Amice. Originaire de Belle-Île, cet ancien plongeur démineur met ses compétences techniques au service de l’Institut universitaire européen de la mer (IUEM) depuis 2002. En charge du service Moyens à la mer et plongée scientifique, il organise et encadre les explorations sous-marines des unités de l’IUEM, dont le Laboratoire des sciences de l’environnement marin (Lemar), auquel il appartient. L’IUEM travaillant notamment sur des chantiers polaires, Erwan Amice s’est spécialisé dans la plongée en milieu extrême, ce qui constitue un atout pour les chercheurs. Également investi dans la veille technique et technologique, il œuvre à la mise en place de dispositifs dédiés à l’observation et à l’expérimentation sous-marine. Enfin, en photographe chevronné, Erwan Amice ramène des fonds marins des images d’une grande qualité esthétique et technique. Documents précieux qu’il sait mettre en valeur à l’occasion d’expositions et de publications.

La distinction lui sera remise le 5 décembre, à 16h, à Plouzané.

Communiqué de presse

La sécurité informatique : entre mythes et réalité

JPEG - 10.6 ko

Fuite de données personnelles et espionnage économique, infection de systèmes informatiques sensibles, usurpation d’identité et craintes vis-à-vis des paiements par carte ne sont que quelques exemples qui touchent à la sécurité informatique. Bien qu’omniprésente dans notre société connectée, sa technicité la rend mystérieuse. Nous vous invitons à venir rencontrer des chercheurs spécialistes de cette thématique et à découvrir les recherches, les enjeux et les perspectives autour de ce domaine de recherche, les 8 et 9 décembre au CNRS à Paris.
Gildas Avoine de l’Institut de recherche en informatique et systèmes aléatoires, et Marc-Olivier Killijian sont les co-organisateurs du colloque.
Communiqué de presse

A la recherche de la glace la plus ancienne sur Terre

JPEG - 5.2 ko

Pourquoi le rythme des glaciations s’est-il brusquement ralenti il y a environ un million d’années ? Pour répondre à cette question et ainsi mieux anticiper l’évolution climatique future, un consortium de chercheurs issus de 14 institutions, parmi lesquelles le CNRS et l’IPEV pour la France, s’est mis en quête d’une glace vieille d’au moins 1,5 million d’années. Financé à hauteur de 2,2 millions d’euros sur trois ans dans le cadre du programme européen H2020, ce projet vise à localiser, en Antarctique, un site permettant de remonter plus loin dans le temps que 800 000 ans, âge maximal de la glace extraite lors du forage EPICA réalisé à Dôme C. Les études commenceront dès cette année durant l’été austral, dans deux régions de l’Antarctique, à proximité du dôme Fuji et de la base Concordia. Les équipes françaises y testeront une sonde inédite qui date la glace en temps réel, sans nécessiter de carottage.
Communiqué de presse

Jean-Marc Jézéquel, Professeur en informatique à l’Université de Rennes 1, distingué par la Médaille d’argent du CNRS

Les travaux de cet informaticien ont eu une influence considérable dans le développement des sciences du logiciel, notamment en matière d’ingénierie dirigée par les modèles. Après avoir travaillé pendant dix ans comme chargé de recherche au CNRS, Jean-Marc Jézéquel rejoint l’université de Rennes 1 en 2000. Un an plus tard, il crée au sein de l’Institut de recherche en informatique et systèmes aléatoires (Irisa) l’équipe Triskell, qu’il dirige jusqu’en 2011. Toutes les recherches de Jean-Marc Jézéquel découlent de l’idée phare consistant à étendre le concept de contrat et de design-by-contract au domaine des composants logiciels. Après avoir formalisé toutes les bases théoriques de ce concept, il définit et développe un langage de méta-programmation utilisable par les ingénieurs. Le chercheur mène également de nombreuses actions de transfert de ce concept dans les secteurs de l’avionique, de l’aérospatiale et des télécoms. Bien qu’initié il y a plus de quinze ans, son domaine de recherche reste encore pleinement d’actualité et continue d’être développé par de nombreux chercheurs à travers le monde. Jean-Marc Jézéquel a pris en 2012 la tête de l’Irisa, l’un des plus importants laboratoires français de recherche en informatique.
Portrait vidéo
Communiqué de presse

"Que reste-t-il à découvrir ?", le Forum du CNRS

JPEG - 15.8 ko

C’est la Métropole européenne de Lille qui accueille cette année le Forum du CNRS, "Que reste-t-il à découvrir ?", le 19 novembre prochain. A la Cité des échanges de Marcq-en-Barœul (Nord), une cinquantaine de chercheurs de renom viendront raconter les découvertes de l’année, présenter les applications de demain, débattre et échanger avec le public.
Gildas Avoine, de l’IRISA, répondra à vos questions sur la sécurité informatique. Ses recherches sont tournées vers la sécurisation des données qui transitent dans une informatique que l’on ne soupçonne pas nécessairement, et qui est partout à la fois dans les objets que nous utilisons quotidiennement.
Alban Lemasson, du laboratoire Ethos, répondra à vos questions sur le langage des primates non humains. Spécialiste des primates non humains, il étudie plusieurs espèces animales pour comprendre le développement du langage humain.
Jérémy Pruvost d’AlgoSolis et Clémence Queffélec, du CEISAM, présenteront la conférence en 10’chrono "Les promesses des microalgues".
Communiqué de presse

Batteries miniatures nomades : nouveau design 3D

JPEG - 14.5 ko

Dans la course à la miniaturisation, une équipe franco-américaine, impliquant principalement des chercheurs du CNRS, de l’université de Lille et de l’Université de Nantes, au sein du réseau RS2E (Réseau sur le stockage électrochimique de l’énergie), a réussi à améliorer la densité d’énergie d’une batterie sans en augmenter la taille (limitée à quelques millimètres carrés dans les capteurs nomades). Cette prouesse a été réalisée en concevant une structure 3D à base de microtubes. Il s’agit d’une première étape avant l’obtention d’une microbatterie complète. Les premières expériences montrent l’excellente conductivité de l’électrolyte solide de la batterie, dont les performances, très encourageantes, sont publiées dans la revue Advanced Energy Materials du 11 octobre 2016.
Communiqué de presse

Projet de recherche EARTHBLOOM : Stefan Lalonde lauréat d’une bourse ERC Starting Grant 2016

JPEG - 5.4 ko

Stefan Lalonde, chercheur CNRS au Laboratoire Domaines Océaniques hébergé à l’Institut universitaire européen de la mer, a été récompensé d’une bourse ERC Starting Grant, du Conseil européen de la recherche, s’élevant à 1.85M€, qui financera une équipe de recherche sur une période de 5 ans. Les ERC Starting Grants visent à soutenir des chercheurs talentueux, à la pointe ou en voie de l’être, désirant constituer leur propre équipe de chercheurs et mener des recherches indépendantes en Europe. Cette subvention cible les chercheurs prometteurs, qui ont démontré leur potentiel à se hisser au rang de leaders indépendants de la recherche.
Communiqué de presse

Neuropathie optique héréditaire de Leber : découverte d’un mécanisme de développement de la cécité et d’une nouvelle piste de recherche thérapeutique

JPEG - 3.3 ko

Une équipe du laboratoire Biologie neurovasculaire et mitochondriale intégrée du pôle de recherche et d’enseignement en médecine mitochondriale (PREMMi), regroupant des chercheurs et des médecins de l’Université d’Angers et du CHU d’Angers, vient de découvrir un nouveau mécanisme pathologique responsable du développement de la cécité chez des patients atteints de la neuropathie optique héréditaire de Leber. Cette étude vient d’être publiée dans la revue Brain. Réalisée grâce au soutien actif d’associations de patients, elle apporte deux innovations pour le suivi et le traitement de cette maladie :
• Tout d’abord, un stress du réticulum endoplasmique a été trouvé uniquement chez les patients symptomatiques, et pourrait donc être considéré comme un biomarqueur de risque de cécité chez ces patients.
• D’autre part, cela permet d’ouvrir de nouvelles perspectives thérapeutiques, avec des traitements visant à éviter ce stress cellulaire afin, potentiellement, de réduire le risque de perte brutale de la vision chez des patients porteurs de la maladie.
Communiqué de presse

Découverte d’un nouveau gène responsable d’épilepsie sévère de l’enfant

JPEG - 7.1 ko

Une équipe du laboratoire Biologie neurovasculaire et mitochondriale intégrée du pôle de Recherche et d’Enseignement en Médecine Mitochondriale (PREMMi), regroupant des chercheurs et des médecins de l’université et du CHU d’Angers, vient de découvrir un nouveau gène (UBA5) responsable d’une forme d’épilepsie sévère avec déficience intellectuelle de l’enfant. Cette étude vient d’être publiée dans la revue American Journal of Human Genetics.
Communiqué de presse

ENIGMA : seul projet européen ITN en coordination du CNRS obtenu en 2016 par Géosciences Rennes

JPEG - 4.1 ko

Le laboratoire Géosciences Rennes, composante de l’Observatoire des Sciences de l’Univers de Rennes (OSUR), coordonnera durant les quatre prochaines années le réseau européen ENIGMA : European training Network for In situ imaGing of dynaMic processes in heterogeneous subsurfAce environments. Ce projet, piloté par Philippe Davy, directeur de recherche CNRS, est le seul projet lauréat en mai 2016 pour le CNRS en tant que coordinateur dans la catégorie Innovative Training Networks (ITN) des Actions Marie Sklodowska Curie (AMSC). Son objectif est de structurer les formations doctorales en Europe pour former une nouvelle génération de chercheurs capables de coupler des méthodes innovantes de caractérisation in situ et de modélisation. Le réseau ENIGMA, réunissant 21 participants* (14 académiques et 7 entreprises) de 8 pays européens (France, Allemagne, Espagne, Belgique, Danemark, Suisse, Grande Bretagne et Italie), formera 15 doctorants dans le développement de capteurs innovants, de techniques d’imagerie et de monitoring hydrogéophysique et d’approches de modélisation inverse. Chaque doctorant effectuera sa recherche au sein de 2 ou 3 laboratoires de recherche, ainsi que dans les entreprises partenaires. La formation par et pour la recherche se veut donc pluri et interdisciplinaire, fondamentale et appliquée… et internationale.
Communiqué de presse

L’Institut des Sciences Chimiques fête ses 10 ans

JPEG - 23.5 ko

L’Institut des Sciences Chimiques de Rennes (ISCR), fort d’un effectif de plus de 450 personnes dont 200 chercheur-es et enseignant-es-chercheur-es, mène une recherche fondamentale centrée sur la Chimie qui s’enrichit par des interfaces fortes avec la Physique, les STIC (dont l’opto-électronique) et la Biologie-santé. De très nombreux domaines de la chimie sont ainsi couverts, des molécules organiques et organométalliques aux matériaux fonctionnels moléculaires ou relevant de la chimie du solide et de la métallurgie, en passant par la catalyse, l’électrochimie, la chimie théorique et l’ingénierie des procédés. Au-delà de la recherche fondamentale, cette expertise est mise au profit de l’innovation et des applications technologiques par un continuum d’activités pour répondre aux grands défis sociétaux actuels, principalement : la santé, le numérique et le développement durable. L’anniversaire de l’ISCR sera célébré le 12 juillet 2016 au Diapason, campus de Beaulieu à Rennes.
Communiqué de presse

Prévision des séismes : une technique innovante pour observer les failles sous-marines

JPEG - 32.7 ko

Pour surveiller un segment de la faille sismique nord-anatolienne près d’Istanbul, une équipe internationale de chercheurs, notamment du CNRS et de l’université de Bretagne occidentale, a déployé un réseau de balises au fond de la mer de Marmara. Objectif : mesurer les mouvements des fonds marins de part et d’autre de ce segment. Les données récoltées lors des six premiers mois révèlent que la faille serait bloquée au niveau de ce segment, suggérant une accumulation progressive d’énergie susceptible d’être libérée brusquement. Ce qui pourrait provoquer un séisme de forte magnitude à proximité d’Istanbul. Cette étude, issue d’une collaboration entre des chercheurs français, allemands et turcs, vient d’être publiée dans Geophysical Research Letters.
Communiqué de presse

Un impact géant : le mystère de l’origine des lunes de Mars enfin percé

JPEG - 4 ko

D’où viennent Phobos et Deimos, les deux petits satellites naturels de Mars ? Longtemps, leur forme a fait croire qu’ils étaient des astéroïdes capturés par Mars. Cependant la forme et l’orientation de leur orbite contredisent cette hypothèse. Deux études indépendantes et complémentaires apportent une réponse à cette question. Dans l’une, sous presse dans The Astrophysical Journal, des chercheurs majoritairement du CNRS et d’Aix-Marseille Université excluent la capture d’astéroïdes et montrent que le seul scénario compatible avec les propriétés de surface de Phobos et Deimos est celui d’un impact géant. Dans l’autre étude, grâce à des simulations numériques de pointe, une équipe belgo-franco-japonaise montre comment ces satellites ont pu se former à partir des débris d’une collision titanesque entre Mars et un embryon de planète trois fois plus petit. Ces travaux, fruit d’une collaboration entre des chercheurs de l’Université Paris Diderot et de l’Observatoire royal de Belgique, en collaboration avec le CNRS, l’Université de Rennes 1 et l’institut japonais ELSI, sont publiés le 4 juillet 2016 dans la revue Nature Geoscience.
Communiqué de presse
CNRS Le Journal

Conférence Internationale en Chimie de Coordination

JPEG - 4.9 ko

Après Adélaïde, Valence et Singapour, la ville de Brest a été choisie pour accueillir la 42ème Conférence Internationale en Chimie de Coordination,ICCC 2016. Ce congrès, organisé tous les deux ans, rassemblera les plus grands experts mondiaux développant des recherches dans les nombreux domaines de la chimie de coordination et se tiendra au centre de congrès Le Quartz à Brest du 3 au 8 juillet 2016.
Communiqué de presse

Un océan à seulement quelques kilomètres sous la surface glacée d’Encelade

JPEG - 5.2 ko

Avec ses éruptions de glace et de vapeur et son océan recouvert par une coquille de glace, Encelade est une des lunes les plus fascinantes de tout le système solaire, d’autant plus que les interprétations des données fournies par la sonde Cassini étaient contradictoires jusqu’à présent. Une équipe internationale, comprenant des chercheurs du Laboratoire de planétologie géodynamique de Nantes, a proposé un nouveau modèle qui réconcilie les différents jeux de données et montre que la couche de glace au pôle Sud d’Encelade ne ferait que quelques kilomètres d’épaisseur. Ceci implique une intense source de chaleur à l’intérieur d’Encelade, un élément supplémentaire pour le possible développement de la vie dans l’océan de cette lune de Saturne. L’étude vient d’être publiée en ligne sur le site de Geophysical Research Letters.
Communiqué de presse

Un seuil record de CO2 franchi dans l’hémisphère Sud

JPEG - 3.7 ko

La concentration atmosphérique en dioxyde de carbone (CO2) mesurée au niveau de l’île d’Amsterdam (océan Indien Sud) vient pour la première fois de dépasser la valeur symbolique des 400 ppm, soit 0,04 %, le mois dernier. Or, cet observatoire est celui où l’on relève les concentrations en CO2 les plus basses au monde (hors cycles saisonniers), du fait de son éloignement des sources anthropiques. Le seuil de 400 ppm avait déjà été franchi dans l’hémisphère Nord au cours de l’hiver 2012/2013. Par ailleurs, l’augmentation du CO2 dans l’atmosphère s’accélère avec un taux de croissance supérieur à 2 ppm par an depuis quatre ans. Ces données sont recueillies depuis 35 ans à l’observatoire d’Amsterdam par le service national d’observation ICOS-France du Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement, avec le soutien de l’Institut polaire français Paul-Emile Victor (Ipev).
Communiqué de presse

Chimie verte : lancement d’Increase, un réseau inédit associant recherche et industrie

JPEG - 7 ko

Comment développer une chimie « verte » ? Utiliser la biomasse, une source de carbone renouvelable, comme matière première, tel est le moyen choisi par un réseau unique en son genre inauguré ce vendredi 13 mai à l’université de Poitiers. Créé par le CNRS avec le soutien de la région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes (1,165 M€), Increase est un réseau collaboratif public-privé dédié à l’éco-conception et aux ressources renouvelables. Il réunit aujourd’hui près de 200 chercheurs issus de huit laboratoires de recherche, dont l’Institut des sciences chimiques de Rennes, et des industriels de la chimie (dans des secteurs comme la cosmétique, l’agroalimentaire ou la détergence). Fort de la synergie entre recherche et industrie, il vise à réaliser une recherche de pointe tout en intégrant les problématiques de mise sur le marché de produits et de procédés chimiques durables en France et à l’international. Increase vise aussi à devenir un réseau de référence mondial dans la valorisation de la biomasse par des méthodes physiques.
Communiqué de presse

Tous les ans, 24 millions de tonnes de CO2 sont absorbées dans les mers du nord de l’Europe

JPEG - 4.6 ko

Les échanges gazeux sont constants entre l’atmosphère et l’océan. L’océan absorbe ainsi une partie du CO2 atmosphérique et contribue à réguler le climat à l’échelle mondiale. En mettant au point le « Flux Engine », un outil unique compilant de multiples données physiques et biologiques au service de la communauté scientifique internationale, des scientifiques ont estimé pour la première fois avec précision la quantité de CO2 absorbée par les mers du nord de l’Europe. Le résultat est considérable : 24 millions de tonnes de CO2 par an, soit l’équivalent de ce que produiraient 72 000 Boeing 747 ou deux millions de bus à deux étages. Publié dans le Journal of Atmospheric and Oceanic Technology, ce travail est le fruit d’une collaboration entre le Laboratoire d’océanographie physique et spatiale LOPS, l’université Heriot-Watt et l’université d’Exeter (Royaume-Uni).
Communiqué de presse

Même en ébullition, l’eau façonne bien le relief martien

JPEG - 6 ko

L’eau liquide n’existe sur Mars actuellement qu’en faible quantité, en ébullition et seulement durant les heures les plus chaudes de l’été : son rôle a donc été généralement considéré jusqu’ici comme négligeable. Une équipe internationale, impliquant des scientifiques du CNRS, de l’université de Nantes et de l’université Paris-Sud, et dirigée par Marion Massé, du Laboratoire de planétologie et géodynamique de Nantes, vient pourtant de montrer que dès son apparition à la surface de Mars, même si elle entre immédiatement en ébullition, l’eau crée un écoulement instable et tumultueux, pouvant éjecter les sédiments et engendrer des avalanches sèches. L’écoulement d’un liquide bouillonnant en faible quantité modifie donc fortement la surface. La découverte de ce processus exotique inconnu sur notre planète change considérablement notre manière d’interpréter la surface martienne, rendant difficile une comparaison directe d’écoulements sur Terre et sur Mars. Ce résultat est publié le 2 Mai 2016 dans la revue Nature Geoscience.
Communiqué de presse

Ma thèse en 180 secondes : finale Université Bretagne Loire le 28 avril 2016 à Rennes

C’est parti pour la saison 3 du concours « Ma thèse en 180 secondes », organisé par le CNRS et la Conférence des présidents d’université (CPU). L’Espace des Sciences accueillera la finale de l’Université Bretagne Loire le 28 avril 2016, à 19h30, organisée en partenariat avec la délégation CNRS Bretagne et Pays de la Loire. Le lauréat du prix du jury participera ensuite, aux côtés de 27 autres lauréats, au concours national qui se tiendra à Bordeaux le 31 mai 2016.
Communiqué de presse

Du plancton géant passé inaperçu

JPEG - 2.8 ko

Une équipe de biologistes marins et d’océanographes du CNRS, dont le laboratoire Adaptation et diversité en milieu marin de la station biologique de Roscoff, de l’UPMC et de l’institut allemand GEOMAR révèle l’importance dans toutes les mers du globe d’un groupe d’organismes planctoniques de grande taille, appelé Rhizaria, complètement sous-estimé jusqu’à présent. Selon leurs résultats, ces organismes représentent 33 % de l’abondance totale du plancton animal de grande taille à l’échelle de l’océan mondial et contribuent à 5 % de la biomasse marine globale. Cette étude a été menée sur des échantillons acquis au cours de onze campagnes océaniques (2008-2013) couvrant les principales régions océaniques du globe et incluant l’expédition Tara Oceans. Elle est publiée le 20 avril 2016 sur le site de la revue Nature (parution papier le 28 avril).
Communiqué de presse

Des carottes sédimentaires géantes non déformées prélevées à toutes les profondeurs par le Marion Dufresne

JPEG - 7.1 ko

Entièrement modernisé en 2015, le Marion Dufresne, navire océanographique opéré par l’Institut polaire français (IPEV), a prélevé à plus de 4000 mètres de profondeur le plus long échantillon jamais réalisé en carottage : une carotte sédimentaire de 60 mètres de long présentant un échantillonnage parfait. C’est durant une campagne de carottage dans l’océan Austral que le nouvel équipement du navire a pu être testé et a montré ses nouvelles capacités qui ne sont que le début d’une longue série de carottages au service de la paléoclimatologie et de la paléocéanographie. En effet, ces outils, conçus par des ingénieurs du CNRS travaillant au sein de l’IPEV, sont majeurs dans la compréhension des aléas climatiques : ils permettent d’étudier des archives sédimentaires remontant sur plusieurs cycles climatiques, dépassant parfois les 800 000 ans obtenus dans la glace, ou avec une résolution pouvant être décennale selon les environnements de prélèvement.
Communiqué de presse

Les huîtres menacées par les micro-plastiques dans les océans

JPEG - 5.9 ko

Les micro-plastiques pourraient bientôt menacer les huîtres et d’autres mollusques marins, selon une étude publiée le 2 février 2016 dans le magazine américain PNAS (Proceedings of the National Academy of Sciences). L’étude a été réalisée par le Laboratoire des Sciences de l’Environnement Marin (LEMAR), le Cedre et l’ILVO (Belgique).
Communiqué de presse

Immersion sciences 2016 : Développer le goût des filières scientifiques chez les lycéens

JPEG - 15.9 ko

Biologiste, physicien-ne, chimiste ou mathématicien-ne : c’est peut-être ce que deviendront certains des 64 jeunes lycéen-nes, qui auront la chance de découvrir, du 21 au 25 mars, une approche concrète de ces métiers passionnants dans le cadre d’une semaine d’immersion dans l’univers des sciences. Pilotée par l’académie de Rennes, la Région Bretagne et le CNRS, l’opération Immersion Sciences a pour objectif de démystifier l’idée que les jeunes se font des carrières scientifiques, afin de leur donner envie de s’orienter vers ces filières après le bac.
Communiqué de presse

Première rencontre française entre mathématiciens et acteurs du monde sportif

JPEG - 7.3 ko

La France a d’excellents champions sportifs et d’excellentes mathématiques. Pour réunir ces deux mondes qui, dans notre pays, se côtoient peu, des mathématiciens organisent une après-midi intitulée « Mathématiques et sport, quels défis ensemble pour demain ? », le mardi 15 mars à l’Institut Henri Poincaré, à Paris. L’objectif est de montrer, de manière accessible à tous les publics, ce que les mathématiques peuvent apporter à la pratique du sport de haut niveau, et de susciter des collaborations. Comment les modèles mathématiques peuvent-ils être mis au service de l’entraînement ou aider à prédire la performance ? Quels domaines du sport pourraient bénéficier des mathématiques pour progresser ?
Richard Kulpa, de l’Institut de recherche en informatique et systèmes aléatoires (IRISA), présentera la conférence "La réalité virtuelle au service de l’analyse des interactions sportives".
Communiqué de presse

L’Institut des matériaux de Nantes Jean Rouxel (IMN) et Armor ensemble dans un laboratoire commun pour développer les énergies renouvelables

Dans le cadre de l’appel d’offre LabCom de l’Agence nationale de la recherche (ANR), destiné à soutenir des partenariats entre recherche publique et industrie, l’Institut des Matériaux de Nantes Jean Rouxel et la société ARMOR ont créé un Laboratoire Commun, DEFIER (Développements Expérimentaux de Films Innovants pour les Energies Renouvelables), à la pointe de la recherche dans le domaine du stockage de l’énergie et des films photovoltaïques organiques.
Communiqué de presse

Une machine expérimentale perce les secrets des bulles de savon

JPEG - 3.9 ko

Il arrive parfois que des phénomènes qui sembleraient, a priori, bien connus gardent une forte part de mystère. La manière dont se forment les bulles de savon n’avait ainsi jamais fait l’objet d’études scientifiques poussées, malgré les nombreuses applications qui nécessitent une production, ou au contraire une absence, de bulles. Une équipe de chercheurs de l’Institut de physique de Rennes s’est penchée sur la question et a développé en laboratoire une machine à bulles auto-entretenue. Les chercheurs sont ainsi parvenus à déterminer la vitesse minimale à laquelle il convient de souffler sur un film de savon pour former des bulles, dans différentes conditions expérimentales. Ces travaux, qui permettraient d’optimiser divers procédés industriels, sont publiés le 19 février 2016 dans la revue Physical Review Letters.
Communiqué de presse

Le "réseau social" planctonique de la pompe à carbone biologique dévoilé

JPEG - 3.8 ko

L’océan est le plus important puits de carbone de la planète. Une équipe interdisciplinaire réunissant des océanographes, des biologistes et des informaticiens, principalement du CNRS, de l’UPMC, de l’Université de Nantes, du VIB, de l’EMBL et du CEA vient de décrire le réseau d’organismes planctoniques impliqué dans ce puits de carbone. Le catalogue d’organismes planctoniques collectés durant l’expédition Tara Oceans livre ainsi peu à peu ses secrets : aujourd’hui, la première vision globale du réseau d’espèces liées à la pompe biologique des océans a mis en lumière de nouveaux acteurs et les principales fonctions bactériennes concernées dans ce processus. Elle a été obtenue en analysant des échantillons récoltés lors de l’expédition de la goélette Tara, dans des zones pauvres en nutriments, qui couvrent la plus grande partie des océans. Les scientifiques ont également démontré que la présence d’un petit nombre de gènes bactériens et viraux prédit la variabilité de l’export de carbone vers les profondeurs océaniques. Ces découvertes permettront notamment aux chercheurs de tester la robustesse de ce réseau face aux perturbations climatiques et les conséquences sur la pompe à carbone biologique. Publiés le 10 février 2016 sur le site de la revue Nature, ces travaux soulignent l’importance du plancton dans la machine climatique.
Communiqué de presse

Le CNRS, Télécom Bretagne, l’UBO, l’UBS, l’Ensta Bretagne et l’Enib signent un protocole d’accord avec l’Inde

JPEG - 27 ko

Le 25 janvier 2016 le CNRS, Télécom Bretagne, l’UBO, l’UBS, l’Ensta Bretagne et l’Enib (tutelles du laboratoire Lab-Sticc) ont signé un protocole d’entente, MoU (memorandum of understanding) avec l’Institut indien de Technologie de Bombay, un des trois plus grands établissements de recherche indiens. Gilles Coppin, directeur du Lab-Sticc, représentait le laboratoire lors de la signature de l’accord qui a été présenté devant François Hollande et le premier ministre indien Narendra Modi à l’occasion de la visite présidentielle.
Communiqué de presse

Comment les fourmis s’auto-organisent pour construire leur nid

JPEG - 7.5 ko

Les fourmis construisent collectivement des nids dont la taille peut atteindre plusieurs milliers de fois celle des individus et à l’architecture parfois très complexe. Leur capacité à coordonner plusieurs milliers d’individus pour bâtir leurs nids demeure cependant une énigme. Pour comprendre les mécanismes impliqués dans ce phénomène, des chercheurs du CNRS, de l’Université Toulouse III – Paul Sabatier et de l’Université de Nantes, notamment du Laboratoire d’informatique de Nantes Atlantique (LINA), ont combiné des techniques d’analyse comportementale, d’imagerie 3D et de modélisation. Leurs travaux montrent que les fourmis s’auto-organisent en interagissant avec les structures qu’elles construisent et grâce à l’ajout d’une phéromone à leur matériel de construction. Ce signal chimique contrôle localement leur activité bâtisseuse et détermine la forme du nid. Sa dégradation au cours du temps et par les conditions environnementales permet également aux fourmis d’adapter la forme de leurs nids. Ces travaux font l’objet d’une publication dans la revue PNAS le 18 janvier 2016.
Communiqué de presse

Ma thèse en 180 secondes 2016 : ouverture des inscriptions

JPEG - 4.9 ko

Concept australien repris au Québec puis en France en 2012, Ma thèse en 180 secondes a pour but de faire comprendre à tous, son objet d’étude en 3 minutes et pas une seconde de plus !
Cet exercice périlleux et original a un intérêt double pour le doctorant : il lui permet de rendre accessible ses recherches au plus grand nombre et surtout l’entraîne à l’art oratoire devant une audience : une expérience valorisante pour faire face à de futurs recruteurs. Le jury est composé de représentants du monde universitaire et de l’entreprise, il évalue la prestation selon 3 critères : la vulgarisation, la communication et la passion.
Doctorant-e-s de Bretagne et des Pays de la Loire, inscrivez-vous !
Les inscriptions sont ouvertes du 11 au 31 janvier 2016 pour les candidats bretons et ligériens, dans la limite des places disponibles .
Communiqué de presse

Le GEPEA et ses partenaires industriels, Tronico et VMI, créent les laboratoires communs RIMAE et MIXI-LAB

JPEG - 7.5 ko

Le laboratoire Génie des procédés, environnement, agroalimentaire(GEPEA) s’associe avec des partenaires industriels pour créer deux laboratoires communs dans le cadre de l’appel d’offre LabCom de l’Agence nationale de la recherche (ANR), destiné à soutenir des partenariats entre recherche publique et industrie. RIMAE, créé avec la société Tronico, aura pour objectif de développer puis d’industrialiser des biocapteurs aptes à mesurer les effets toxiques de composés chimiques. MIXI-LAB, créé avec la société VMI (Vendée Mécanique Industrie), vise au développement de solutions innovantes de dispersion et mélange.
Communiqué de presse


 

Rechercher


sur le site de la délégation
Le CNRS Accueil Le CNRS Annuaires Mots clefs CNRS Autres sites Accueil Imprimer Contact Crédits Plan du site