Le CNRS
   A la Une > Laboratoires > En direct des labos bretons et ligériens

En direct des labos bretons et ligériens

Découvrez les résultats marquants les plus récents issus des laboratoires bretons et ligériens

Comment l’érosion peut modifier la sismicité


JPEG - 73.4 koUne meilleure compréhension du déclenchement des tremblements de terre par la tectonique et par les processus externes est cruciale pour une meilleure évaluation des risques sismiques, en particulier dans les régions densément peuplées comme la côte ouest de Taïwan. C’est cette région qu’une équipe de chercheurs dont Philippe Steer de Géoscience Rennes (CNRS/ Univ Rennes 1) a choisie d’étudier pour montrer qu’un seul événement d’érosion intense peut modifier de façon transitoire la sismicité d’une chaîne de montagne active.

En direct des labos

Découverte du premier fossile animal dans une opale gemme


JPEG - 52.1 koUne équipe internationale animée par un scientifique du laboratoire ISTerre (UGA-CNRS-USMB-IRD-Université Gustave Eiffel), du Laboratoire de planétologie et géodynamique (Université de Nantes/CNRS/Université d’Angers) et du laboratoire Sciences et ingénierie des matériaux et procédés (CNRS/UGA), a étudié le premier fossile animal contenu dans une opale gemme provenant d’Indonésie. Parue dans Scientific Reports le 29 juin 2020, cette publication révèle que ces opales peuvent contenir des fossiles très bien conservés, une larve de la famille des cigales dans ce premier cas. Cette découverte offre une nouvelle voie pour explorer l’évolution de la vie sur Terre ou la possible émergence de vie sur Mars, et apporte la preuve que le chant des cigales retentissait déjà en Indonésie il y a plusieurs millions d’années.

En direct des labos

Des paysages chimiques insoupçonnés dans les milieux poreux.


PNG - 69.6 ko Les écoulements fluides à travers un milieu poreux conditionnent le transport, le mélange et la réaction de la matière inerte et vivante dans de nombreux systèmes naturels (aquifères, roches fracturées, sols) et industriels (réacteurs, batteries, piles à combustible).
Aujourd’hui, la grande majorité des modèles de transport dans ces milieux hétérogènes reposent sur une hypothèse d’homogénéité des paysages physico-chimiques (e.g. la distribution spatio-temporelle des éléments) en dessous de l’échelle caractéristique définie par la taille des pores, qui justifie l’usage d’un coefficient de dispersion effectif.
Cependant, cette approche moyenne mène à d’importantes erreurs dans la prédiction de processus chimiques et biologiques, attribuées à la persistance de gradients de concentration aux micro-échelles. Jusqu’à aujourd’hui, l’origine physique de ces gradients était restée largement inconnue.
Grâce à des expériences menées en laboratoire à l’Observatoire des sciences de l’Univers de Rennes (Univ Rennes 2/ Univ Rennes1/ INRAE/ CNRS/ Institut Agro), une équipe de chercheurs de Géosciences Rennes (CNRS/ Univ Rennes 1) et du RMIT (Australie) a pu observer pour la première fois les structures formées à micro-échelle par le mélange de deux fluides dans un empilement aléatoire de billes, l’archétype du milieu poreux.

En direct des labos

COVIMUNE porté notamment par Bruno Pitard (Eq. 5))


JPEG - 45.4 ko La maladie COVID-19 est causée par « le syndrome respiratoire aigu sévère coronavirus 2 » (SRAS-CoV-2). Alors que dans la majorité des cas les symptômes sont bénins, certains cas évoluent vers une pneumonie sévère et une défaillance multi-organes. Des rapports cliniques récents suggèrent que le COVID-19 sévère est dû à une réponse immunitaire excessive conduisant à une tempête cytokinique. Bien que la réponse immunitaire innée soit essentielle pour empêcher les virus de conduire à une infection, c’est l’immunité adaptative qui va déterminer le résultat de l’infection et la clairance des virus. Récemment, des observations montrent qu’une réponse dérégulée des lymphocytes T pourrait être impliquée dans le processus pathologique du COVID-19. Plus d’informations sur COVIMUNE sur le site du CRCINA.

En direct des labos

Un signal surprenant dans l’expérience de recherche de matière noire XENON1T


JPEG - 88.4 ko Les données de XENON1T, l’expérience de recherche de matière noire la plus sensible au monde, montrent un signal surprenant : le nombre d’ « événements » observés (collisions d’atomes de xénon du détecteur avec des particules) est plus élevé qu’attendu, a annoncé le 17 mai 2020 la collaboration internationale XENON, à laquelle contribuent des scientifiques de trois laboratoires du CNRS : Laboratoire Subatech (CNRS/IMT Atlantique/Université de Nantes) ; Laboratoire de physique des hautes énergies (CNRS/Sorbonne Université) ; Laboratoire de physique des 2 infinis - Irène Joliot Curie (CNRS/Université Paris-Saclay) et de ses partenaires.

La source de ce signal n’est pas encore bien comprise. Il pourrait toutefois être un indice de l’existence d’une nouvelle particule élémentaire, théorisée sous le nom d’axion. Ou alors l’indication de propriétés encore inconnues des neutrinos. Troisième possibilité, moins excitante : du bruit de fond résultant d’une contamination du xénon liquide ultra-pur par une quantité infime de tritium. Pour trancher entre ces trois hypothèses, il faudra attendre la nouvelle version de l’expérience, XENONnT, et ses données de meilleure qualité. En attendant, peut-être, une future découverte, un article exposant ces trois hypothèses est disponible sur arXiv.

En direct des labos

Capture des gaz à effet de serre : le potentiel des MOF (metal-organic frameworks)


JPEG - 184.6 ko Séparer le dioxyde de carbone et le méthane de l’azote sans surcoût énergétique est un défi technologique en raison de la similarité de leurs propriétés physico-chimiques. L’Institut de physique de Rennes a contribué à une étude montrant que les nanopores de MOFs pilotés par contrainte mécanique sont capables de séparer ces gaz par adsorption. La régénération du matériau intervient ensuite par simple relâchement de la contrainte. Publication et mise en avant par la revue Nature Communications (5 mars 2020).

En direct des labos

Un article dans "Journal of Thoracic Oncology" pour le CRCINA


PNG - 18.5 ko Le Centre de Recherche en Cancérologie et Immunologie Nantes-Angers (CRCINA - UMR 1232, Inserm/CNRS/Université de Nantes/Université d’Angers) a publié un article « Delaunay T et al » dans le numéro de Mai 2020 du « Journal of Thoracic Oncology » sur l’implication des délétions homozygotes fréquentes des gènes d’interféron de type I dans le mésothéliome pleural sur la sensibilité au virus de la rougeole oncolytique.

En direct des labos

Quand le confinement d’une molécule élargit les applications d’un MOF (Metal-organic framework)


JPEG - 130.8 ko Avec l’appui de collègues français et espagnols, des physiciens rennais ont montré qu’en présence d’une molécule invitée confinée dans ses nanopores, un MOF particulier peut induire des matériaux à transition de spin bistables, pilotés par la température, la pression ou la lumière, via une succession d’étapes complexes impliquant des ruptures de symétrie. Ce travail fournit les bases de nouvelles applications dans les technologies de séparation, d’adsorption et de senseurs. Publication dans Physical Review B (9 avril 2020).

En direct des labos

Double Chooz consolide la valeur θ13 de l’oscillation des neutrinos et la simulation des flux de neutrinos de réacteurs


JPEG - 73.1 koDepuis l’arrêt de ses détecteurs début 2018, la collaboration internationale Double Chooz poursuit l’analyse de ses données afin de parvenir à la valeur la plus solide qui soit de θ13, valeur qui caractérise la troisième et dernière oscillation possible des neutrinos. Les chercheurs ont également mesuré avec une précision jamais encore atteinte le flux de l’émission de neutrinos par les réactions de fission des réacteurs nucléaires ainsi que d’autres valeurs associées. Ces résultats sont rassemblés dans un article paru lundi 20 Avril 2020 dans Nature Physics signé par Hervé de Kerret et al.
Subatech (CNRS/IMT Atlantique/Univ.Nantes) fait partie des laboratoires impliqués dans la collaboration.
En direct des labos
23/04/2020

Un matériau pour le stockage réversible d’informations cryptées


JPEG - 3.1 koUn consortium pluridisciplinaire de chimistes de l’Institut des sciences chimiques de Rennes a développé un matériau imprimable par irradiation aux UV et résistant à de nombreux cycles d’écriture-effacement. Parmi ses applications potentielles : le stockage d’informations cryptées et la lutte anti-contrefaçon.
CNRS Innovation
23/04/2020

Une nouvelle famille d’hélicènes phosphorescents


JPEG - 40.7 koMolécules hélicoïdales, les hélicènes modifient le sens de la polarisation des ondes lumineuses avec lesquelles elles interagissent, ce qui peut servir par exemple pour concevoir des OLED. En jouant sur le sens d’enroulement de leur hélice et la position d’atomes métalliques, une équipe internationale, centrée autour de l’ISCR (CNRS/INSA Rennes/ENSC Rennes/Université Rennes 1), a obtenu un hélicène présentant de la phosphorescence polarisée et de longue durée. Retenus comme VIP dans la revue Angewandte Chemie International Edition, ces travaux décrivent une nouvelle famille de molécules dont les propriétés laissent entrevoir de nouvelles applications.
En direct des labos
20/04/2020

L’Arctique en pleine transformation


PNG - 94.3 koSuite aux deux expéditions océanographiques menées en 2015 en Arctique dans le cadre du programme international GEOTRACES, des chercheurs de la Woods hole oceanographic institution (WHOI) et leurs collègues internationaux ont mis en évidence que des quantités importantes de carbone et d’éléments traces en provenance des rivières et sédiments du plateau continental étaient apportées près du Pôle Nord par la dérive transpolaire, un important courant de surface. Associé au réchauffement climatique, cet apport de nutriments et contaminants pourrait modifier la productivité phytoplanctonique dans l’Arctique.
Le Laboratoire des sciences de l’environnement marin (LEMAR/IUEM, Ifremer / IRD / CNRS / UBO) a participé à cette étude.
En direct des labos
14/04/2020

Un nouveau mécanisme d’hydrolyse du GTP par la tubuline


JPEG - 37.1 koLes microtubules sont des fibres essentielles du cytosquelette dont la dynamique d’assemblage est précisément régulée dans la cellule. Cette dynamique est permise par l’hydrolyse d’une molécule de guanosine triphosphate (GTP) lors de l’assemblage de la tubuline en microtubule. Une étude structurale menée par un consortium d’équipes internationales, dont l’Institut de Génétique et Développement de Rennes (IGDR), décrypte les changements de conformation de la tubuline à l’aide d’analogues mimant les différentes étapes du cycle d’hydrolyse du GTP. Ce travail est publié dans la revue Elife.
En direct des labos
14/04/2020

Après une catastrophe, un peu de sexe vaut mieux que rien ! Étude des conséquences d’un séisme majeur sur la dynamique de récupération des populations sexuées et asexuées


JPEG - 72 koAprès un cataclysme, le sexe peut momentanément paraitre comme une perte de temps et d’énergie. Pourtant, une étude parue dans Evolutionary Applications, réalisée par des chercheurs de l’Unité Mixte Internationale franco-chilienne de la station Biologique de Roscoff(UMI 3614, CNRS, Sorbonne Université, Université Australe du Chili), de l’ UMR 1349 (INRA, Le Rheu) et du département d’écologie (Université catholique de Conception, UCSC, Chili), montre que la reproduction sexuée peut s’avérer indispensable à plus long terme pour une meilleure résilience des populations.
En direct des labos
09/04/2020

Rendre visible le monde des eaux souterraines


PNG - 123.2 koMême sans pluie pendant l’été, les rivières coulent et les zones humides persistent. L’eau douce que l’on voit ne représente en effet que 5 % de l’eau douce liquide présente sur Terre : tout le reste voyage sous nos pieds ! Des personnels du laboratoire Géosciences Rennes (CNRS/Univ. Rennes 1) ont réalisé une vidéo qui immerge le spectateur au cœur du réseau des eaux souterraines afin de rendre plus visible et compréhensible l’histoire des multiples voyages de ces eaux, une histoire qui réserve bien des surprises.
En direct des labos
29/03/2020

Jalons juridiques pour une gouvernance repensée des océans


PNG - 368.3 koDirectrice de recherche CNRS à l’Institut de l’Ouest Droit & Europe (IODE, CNRS / Université de Rennes 1), Nathalie Hervé-Fournereau est spécialiste en droit de l’environnement. Agnès Michelot est maîtresse de conférences de droit public à la Faculté de droit, de science politique et de gestion de La Rochelle Université et membre du laboratoire Littoral, environnement et sociétés (LIENSS, UCNRS / La Rochelle Université) ; elle s’intéresse aux questions de justice climatique, de solidarité écologique et de protection du milieu marin. Adélie Pomade est maîtresse de conférences en droit à l’université de Bretagne Occidentale et membre du Centre de droit et d’économie de la mer(Amure, CNRS / Ifremer / Université de Brest) ; elle travaille sur les questions environnementales transversales en lien avec le climat et la biodiversité. Agnès Michelot et Nathalie Hervé-Fournereau sont respectivement présidente et vice-présidente de la société française pour le droit de l’environnement.
La lettre de l’INSHS (page 23)
20/03/2020

Le GIS d’Histoire & Sciences de la mer : un réseau interdisciplinaire qui poursuit son développement…


PNG - 380.1 koCréé en 2005 sous l’appellation de « Groupement d’intérêt scientifique d’histoire maritime », le GIS d’Histoire & Sciences de la mera été refondé en 2015 pour ouvrir largement ses travaux sur les environnements maritimes et littoraux à la recherche interdisciplinaire. Dans le nouveau contrat quinquennal (2019-2023), le GIS regroupe 31 établissements représentés par 29 laboratoires universitaires, 8 écoles ou instituts, le Pôle de compétitivité « Mer Bretagne Atlantique » et la société Naval Group. Ce réseau qui associe près de 400 chercheurs français dont une centaine de doctorants compte 17 unités CNRS relevant de l’InSHS et de l’INEE (notamment l’IUEM, CREAAH, TEMOS).
La lettre de l’INSHS (page 26)
20/03/2020

Des ondes de transition pour contrôler l’architecture de métamatériaux reconfigurables


JPEG - 80.8 koEn exerçant une sollicitation mécanique simple à une extrémité d’un matériau architecturé, composé d’un réseau de cellules bistables, une équipe internationale de chercheurs a montré que l’on pouvait engendrer, de manière contrôlée, des transitions globales entre de multiples configurations. Ces résultats, issus d’une collaboration entre des chercheurs du LAUM (CNRS/Le Mans Université), du Caltech, de l’ETH Zurich et de l’Université d’Harvard, sont publiés dans la revue PNAS.
En direct des labos
16/03/2020

L’écosystème urbain : quelles adaptations locales face au changement global ?


JPEG - 115.5 koDans l’écosystème urbain, le sol urbain est un compartiment essentiel d’interface entre l’air, l’eau et le sous-sol, encore insuffisamment connu. Il assure une diversité de fonctions : infiltration des eaux pluviales, filtration et dégradation partielle de polluants, réserve de biodiversité, support pour la production de biomasse pour une agriculture urbaine et péri-urbaine, … C’est ce que l’on résume sous le terme de « multifonctionnalité » des sols. A Nantes, afin de répondre à la forte demande de parcelles de jardins associatifs, les acteurs de la recherche (OSUNA, LPG, IRSTV) appuient la collectivité pour optimiser la gestion des sols, notamment ceux aptes à une production alimentaire, bien que touchés par des pollutions. Ainsi, une expérimentation sur une parcelle modérément contaminée au plomb a démontré qu’il était possible de cultiver des légumes consommables en association avec des plantes « dépolluantes ». Cette expérimentation de science participative a ouvert le débat sur la question du risque associé à la culture sur sols pollués, et sur la durée de la dépollution, sur des temps longs, impliquant la phytoremédiation. Plus globalement, optimiser les usages du sol urbain est une des adaptations proposées, pour agir localement, face au changement global.
En direct des labos
11/03/2020

Comment les îles du Pacifique tropical peuvent-elles fertiliser le plancton à distance ?


JPEG - 113.9 koL’effet fertilisant des îles sur le plancton de leurs milieux océaniques environnants a été découvert il y a plus de soixante ans. Or, des chercheurs de l’Institut méditerranéen d’océanologie (MIO/PYTHÉAS, CNRS / Université de Toulon / IRD / AMU) et du Laboratoire d’océanographie physique et spatiale (LOPS/IUEM, UBO / Ifremer / CNRS / IRD) viennent de démontrer pour la première fois que les îles peuvent également fertiliser les eaux océaniques situées à distance. Cet « effet d’île retardé » peut ainsi être responsable d’un enrichissement biologique très important des eaux pauvres du Pacifique tropical, situées loin de toute terre.
En direct des labos
11/03/2020

L’énigmatique état magnétique du fer sous pression se dévoile


JPEG - 41.4 koÀ très haute pression, le fer présente un magnétisme si compliqué à observer que son existence même est controversée. Une équipe de physiciens en a enfin apporté une preuve expérimentale, tout en prédisant une nouvelle phase théorique.
Dans des travaux publiés dans la revue PNAS, des chercheurs et des chercheuses, notamment de l’Institut de génétique et développement de Rennes(IGDR, CNRS/Univ. Rennes 1), ont confirmé l’existence d’un état magnétique et précisé sa nature.
En direct des labos
06/03/2020

Comment le nitrure de vanadium va alimenter l’Internet des objets


PNG - 183.7 koLes supercondensateurs constituent une solution de choix pour fournir de l’énergie aux objets connectés, surtout quand leurs électrodes sont en nitrure de vanadium. L’origine des performances de ce matériau restait cependant méconnue. Des chercheurs du CNRS, de l’université de Lille et de l’université de Nantes (Institut des matériaux Jean Rouxel) ont élucidé le processus et découvert un moyen de l’utiliser pour des micro-supercondensateurs (MSC). Ces travaux, publiés dans la revue Energy & Environmental Science, ouvrent ainsi la voie à des MSC extrêmement performants et robustes.
En direct des labos
03/03/2020

Des matériaux poreux pour une absorption acoustique parfaite


JPEG - 558.6 koLe Laboratoire d’acoustique de l’Université du Mans et le Laboratoire d’analyse vibratoire et acoustique de Polytechnique Montréal (Canada), en collaboration avec Safran Aircraft Engines, développe des matériaux absorbants acoustiques qui présentent un gradient optimisé de porosité. Cette innovation permet d’absorber parfaitement le bruit sur une large bande de fréquences.
CNRS Innovation
27/02/2020

Surveillance des ARN dans le troisième domaine du vivant


JPEG - 49 koLes archées, constituant l’un des trois domaines du vivant, sont désormais considérées comme des modèles incontournables pour étudier les mécanismes moléculaires de la cellule et pour comprendre l’histoire évolutive. Ces résultats, publiés dans la revue Nucleic Acid Research, notamment par des chercheurs du Laboratoire de Microbiologie des Environnements Extrêmes (LM2E, CNRS/UBO/Ifremer), ouvrent de nouvelles perspectives sur les acteurs moléculaires en charge de la surveillance des ARN dans la cellule et donc de la régulation de l’expression des gènes.
En direct des labos
10/02/2020

Une pince moléculaire contrôlée par transfert d’électrons


JPEG - 78.1 koLe contrôle de l’encapsulation et du relargage de molécules constitue un enjeu majeur dans des domaines comme la dépollution ou la médecine. Des chercheurs du laboratoire MOLTECH-Anjou (CNRS/Université d’Angers) ont exploré une voie innovante pour capturer et relâcher des molécules cibles à l’aide d’une pince moléculaire commandable par transfert d’électrons. Ces travaux, publiés dans la revue Angewandte Chemie International Edition qui les a estampillés Hot Paper, offrent un nouveau moyen de manipuler les pinces moléculaires.
En direct des labos
03/01/2020

 

Rechercher


sur le site de la délégation
Le CNRS Accueil Le CNRS Annuaires Mots clefs CNRS Autres sites Accueil Imprimer Contact Crédits Plan du site