Le CNRS
   A la Une > Médias > Espace presse

Espace presse

Ulcère de Buruli : nouvelles pistes de diagnostic pour une maladie négligée

JPEG - 119.4 koAprès la tuberculose et la lèpre, c’est la troisième maladie tropicale mycobactérienne la plus courante au monde. Causé par la bactérie Mycobacterium ulcerans, l’ulcère de Buruli entraîne chez le patient la destruction des tissus cutanés et l’apparition de larges ulcérations pouvant toucher tout un membre du corps jusqu’à l’os. Des chercheurs de l’Inserm, de l’Université de Nantes, de l’Université d’Angers et du CNRS, au sein du Centre de recherche en cancérologie et immunologie Nantes-Angers (CRCINA), se sont penchés sur les rares cas de guérison spontanée de cette maladie afin de mieux en comprendre les mécanismes. Leurs résultats publiés dans Science Advances s’accompagnent d’un dépôt de brevet, ouvrant de nouvelles pistes pour la mise en place d’outils diagnostics jusque-là inexistants.
Communiqué de presse

Des parcelles plus petites et plus diversifiées favorisent la diversité de plantes jusqu’au centre des champs

JPEG - 85.8 koDes scientifiques d’INRAE et du CNRS, notamment du laboratoire Écosystèmes, biodiversité, évolution (CNRS/Université Rennes 1), en collaboration avec des équipes allemandes, espagnoles, anglaises et canadiennes, ont examiné l’effet de la diversité des cultures et de la longueur de bords de champs (inversement proportionnelle à la taille des parcelles) sur la diversité de plantes dans les champs. Leur étude, publiée dans Journal of Applied Ecology, basée sur 1 451 parcelles agricoles, montre qu’augmenter la longueur de bords de champs constitue un complément prometteur aux mesures agri-environnementales pour conserver et restaurer la diversité des plantes, y compris au centre des parcelles.
Communiqué de presse

Première année de la mission martienne Insight, des résultats scientifiques surprenants

JPEG - 51.8 koUne nouvelle compréhension de Mars apparaît à la lumière de la première année de la mission InSight de la NASA. Les résultats décrits dans un ensemble de six articles publiés aujourd’hui, cinq dans Nature Geoscience et un dans Nature Communications, révèlent une planète vivante qui est le théâtre de séismes, de tourbillons de poussière et d’étranges impulsions magnétiques.
Plusieurs laboratoires du CNRS dont le Laboratoire de Planétologie et Géodynamique(CNRS/Université de Nantes/Université d’Angers), participent avec l’IPGP et l’ISAE-SUPAERO aux analyses des données de la mission InSight. Ces analyses sont soutenues par le CNES et l’Agence nationale de la recherche (projet MAGIS).
Communiqué de presse

Les données du satellite franco-chinois CFOSAT sont désormais disponibles

Le 29 octobre 2018 était lancé, par la Chine, le satellite franco-chinois CFOSat depuis le désert de Gobi en Mongolie intérieure. Cette première mission scientifique franco-chinoise, dédiée à la mesure du vent et des vagues sur l’ensemble des océans, a donc fêté récemment sa première année en orbite. Ses nouvelles observations sont désormais accessibles à l’ensemble de la communauté scientifique pour l’étude de la surface océanique.
La communauté scientifique française est fortement impliquée dans la mission CFOSat, notamment le Laboratoire d’océanographie physique et spatiale (LOPS, CNRS/IRD/Ifremer/UBO).
Communiqué de presse

Cap sur la Barbade pour enquêter sur deux inconnues de l’équation climatique

JPEG - 80.2 koUne mission aéroportée et océanographique d’envergure au large de l’île de la Barbade, dans les Caraïbes, s’apprête à étudier deux grandes inconnues du climat : les cumulus d’alizés et les tourbillons de petite échelle dans l’océan. Cette campagne internationale initiée par des chercheurs du CNRS en France et de l’Institut Max Planck en Allemagne avec leurs collègues de la Barbade, rejoints par des équipes américaines et britanniques, se déroulera du 20 janvier au 20 février 2020 et sera l’objet de nombreuses innovations en matière d’observation de l’atmosphère et de l’océan. Elle devrait aider à réduire les incertitudes sur la vitesse et l’amplitude du réchauffement futur.
Plus de 30 institutions de 11 pays participent à la campagne. En France, 13 laboratoires ou structures du CNRS et de ses partenaires sont impliqués dont le Laboratoire d’océanographie physique et spatiale(CNRS/IRD/UBO/Ifremer).
Communiqué de presse

Mars, un continent caché ?

JPEG - 59 koLes « hautes terres » de l’hémisphère sud de la planète Mars sont considérées comme des terrains homogènes dont l’origine remonte à plus de quatre milliards d’années. Une équipe de planétologues français et américains menée par Sylvain Bouley, enseignant-chercheur au Laboratoire de géosciences Paris-Saclay (GEOPS – Université Paris-Saclay / CNRS), impliquant des chercheurs de l’Université de Toulouse, de l’Observatoire de Paris, du Laboratoire de planétologie et géodynamique (Univ. Nantes / CNRS/ Univ. Angers), de l’Institut de recherche pour le développement, du Muséum national d’histoire naturelle (MNHN), de l’Université d’Arizona et de l’Institut de technologie de Californie (Caltech), vient de mettre en évidence un morceau de croûte singulier à l’intérieur de ces « hautes terres ».
Communiqué de presse

Découverte d’un marqueur de susceptibilité au cancer gastrique

JPEG - 54.4 koTroisième cause de décès par cancer, le cancer gastrique fait régulièrement l’objet d’un mauvais pronostic car il est souvent diagnostiqué à un stade avancé et donc difficile à soigner. Obtenir un biomarqueur capable de dépister précocement ce cancer est essentiel pour réduire le nombre de décès. Dans cette optique, les chercheurs de l’Institut Pasteur, du CNRS, de l’Université de Rennes 1, en collaboration avec l’IMSS à Mexico et l’Université de Florence en Italie, ont analysé les mécanismes impliqués dans le développement du cancer gastrique au cours de l’infection par la bactérie pathogène Helicobacter pylori. Les chercheurs ont identifié ainsi un potentiel marqueur de susceptibilité. Les résultats ont été publiés dans la revue Gut le 10 décembre 2019. Les chercheurs de l’Institut de génétique et développement de Rennes (IGDR) font partie des auteurs.
Communiqué de presse presse

Susana Coelho, Directrice de recherche CNRS en biologie marine, à la Station Biologique de Roscoff, est lauréate d’une ERC « Consolidator Grant » décernée par l’European Research Council

GIF - 96.3 koDans le monde vivant, une partie des espèces se répartit suivant une dichotomie mâle et femelle mais ce n’est pas le cas pour toutes. Chez de nombreuses autres espèces, les individus peuvent aussi bien être hermaphrodites que mâles ou femelles. Traditionnellement les études sur les facteurs génétiques et écologiques influençant la transition entre ces deux systèmes sexuels à savoir le passage de l’hermaphrodisme à des sexes séparés mâle femelle (ou inversement) s’intéressait plutôt aux animaux et aux plantes terrestres. Le projet TETHYS, porté par Susana Coelho, vise à répondre à cette question fondamentale de la détermination sexuelle au cours de l’évolution en utilisant un nouveau groupe, l’algue brune, qui offre un accès unique aux processus génétiques et environnementaux contrôlant les transitions entre les systèmes sexuels. Médaillée de bronze du CNRS en 2015, Susana Coehlo avait bénéficié d’une « ERC Starting Grant » en 2014. Cette nouvelle bourse ERC lui permettra de poursuivre ses travaux sur le sexe chez les algues brunes et contribuer à la compréhension de l’origine et de l’évolution de la sexualité dans le monde vivant.
Alerte presse

Un raid sur le plateau Antarctique pour mieux évaluer la hausse du niveau des mers

JPEG - 49.5 ko Du 5 décembre 2019 au 25 janvier 2020, une équipe composée de scientifiques du CNRS, de l’Université Grenoble Alpes et de collègues italiens parcourra 1318 km aller-retour au centre du plateau Antarctique, pendant un raid organisé par l’Institut polaire français avec la collaboration du programme antarctique italien, depuis la station franco-italienne Concordia en direction du pôle Sud. Mieux déchiffrer les archives climatiques et mieux prévoir la hausse du niveau marin : tels sont les deux principaux objectifs de l’expédition EAIIST (East Antarctic International Ice Sheet Traverse), soutenue notamment par l’Agence nationale de la recherche et la Fondation BNP Paribas.
Communiqué de presse

Omniprésence des microplastiques dans les fleuves européens

JPEG - 93 ko Sur une période de 6 mois, de mai à novembre 2019, la goélette scientifique Tara a parcouru les quatre façades maritimes européennes et prélevé des échantillons dans neuf des principaux fleuves d’Europe. Il s’agit de la première mission dédiée à la pollution plastique des fleuves réalisée à l’échelle européenne. Elle a été initiée par la Fondation Tara Océan, en partenariat avec 17 laboratoires de recherche et coordonnée scientifiquement par le CNRS. Ses objectifs : identifier les sources de pollution, comprendre la fragmentation des microplastiques dans les fleuves, prédire leur dispersion vers l’océan, comprendre leurs impacts sur la biodiversité marine et leurs effets sur la chaîne alimentaire. Biologistes marins, écotoxicologues, océanographes, modélisateurs, chimistes et physiciens composent cette équipe interdisciplinaire collectivement engagée dans cette vaste enquête européenne.
Ce projet de recherche porté par la Fondation Tara Océan et coordonné par le CNRS, repose sur la complémentarité de plusieurs partenaires institutionnels dont l’Institut de Recherche Dupuy de Lôme (IRDL, CNRS/ENSTA/UBO/UBS) et le Laboratoire des sciences de l’environnement marin (LEMAR,UBO/CNRS/IRD/IFREMER).
CNRS Le Journal
Dossier de presse

La mission Tara Oceans révèle les variations de la biodiversité planctonique et son activité, de l’équateur jusqu’aux pôles

JPEG - 91.8 ko Les premiers résultats de l’expédition Tara Oceans 2009-2013 avaient déjà fourni à la communauté scientifique une base solide, décrivant la variété de ces organismes planctoniques et leurs interactions, dans les régions tempérées et tropicales. Deux nouvelles études scientifiques menées dans le cadre du consortium scientifique Tara Oceans, permettent désormais de franchir une étape supplémentaire en incorporant de nouvelles données issues de la navigation autour du Pôle Nord, réalisée en 2013. Ces jeux de données de séquençage et d’imagerie à l’échelle planétaire ont été développés au Génoscope (CEA, France), à la Station biologique de Roscoff et à l’observatoire océanologique de Villefranche-sur-Mer.
Les résultats, publiés ce 14 novembre dans la revue Cell, montrent que les espèces planctoniques sont réparties de manière inégale et qu’elles sont susceptibles de s‘adapter différemment aux conditions environnementales entre l’équateur et les pôles. Ces résultats pourraient avoir d’importantes implications écologiques, environnementales et économiques si la température des océans devait dépasser un certain seuil.
Communiqué de presse

« Inventions, la saga continue » : la nouvelle série vidéo du CNRS

JPEG - 45.4 koLa mini-série "Inventions, la saga continue" raconte, en cinq films de 4 minutes, la petite histoire de grandes idées. Ils explorent des inventions nées dans les laboratoires du CNRS et de ses partenaires, grâce à des femmes et des hommes mettant l’innovation et l’excellence au service des préoccupations et des besoins de tous. Les épisodes de cette série, produite par le CNRS, seront mis en ligne sur la chaîne YouTube du CNRS et sur CNRS le Journal du 13 novembre 2019 au 2 décembre 2019.
Découvrez le VMAF : format de compression, utilisé par l’un des plus grands sites de streaming vidéo, qui permet un rendu haute définition quel que soit le débit internet. Une invention née au Laboratoire des sciences du numérique de Nantes (LS2N, CNRS/Ecole centrale de Nantes/Université de Nantes/IMT Atlantique).
Communiqué de presse

À Rennes, les experts de la réalité virtuelle fêtent les 20 ans de la plateforme Immersia

JPEG - 4.1 Mo

Ce jeudi 7 novembre, académiques et financeurs se réunissent sur le campus de Beaulieu pour célébrer les 20 ans de la plateforme Immersia, emblème de l’excellence rennaise en matière de recherche en réalité virtuelle. Au programme : une matinée scientifique ainsi qu’une visite VIP de la plateforme, ouverte à la presse. Plateforme pionnière en France, en 1999, Immersia est la première salle de réalité virtuelle montée par un laboratoire de recherche français, l’IRISA en association avec le centre Inria Rennes-Bretagne Atlantique. Outil technologique de pointe, cette plateforme de taille exceptionnelle (10m x 3m x 3m) installée sur le campus de Beaulieu de l’Université de Rennes 1 offre un environnement d’expérimentation au meilleur niveau international, notamment dans le cadre de l’interaction immersive, en temps réel et multi-modale (action, retours visuel, auditif et haptique , interface cerveau-ordinateur) entre êtres humains et environnement 3D synthétisé par ordinateur.
Communiqué de presse

Innovation technologique : le réchauffement climatique suivi jusque dans les profondeurs de l’océan

JPEG - 4.7 ko

Grâce à la nouvelle génération de flotteurs autonomes profonds Deep-Arvor développés en France, le signal du changement climatique peut désormais être traqué jusque dans les profondeurs de l’océan, jusqu’à – 4 000 m. Les premières données acquises par ces instruments en Atlantique Nord apportent des informations inédites sur des masses d’eau profonde, leurs dynamiques de mélange et de déplacement. Autant de données essentielles pour comprendre comment le signal climatique se diffuse dans l’océan global. Obtenus par des scientifiques du Laboratoire d’océanographie physique et spatiale(LOPS - Université de Bretagne Occidentale/CNRS/IRD/Ifremer), ces résultats sont publiés dans Journal of Geophysical Research.
Communiqué de presse

Campagne Tonga : étudier l’impact des volcans sous-marins sur l’activité biologique dans l’océan de surface

JPEG - 8.4 ko

Une équipe internationale de 29 chercheurs, notamment de la Station biologique de Roscoff, sillonnera le Pacifique, entre Nouméa et l’Arc volcanique des Tonga, du 1er novembre au 5 décembre 2019 à bord du navire océanographique L’Atalante. Cette campagne, baptisée Tonga, a pour objectif d’étudier l’impact des volcans sous-marins peu profonds sur la vie marine.
Communiqué de presse

Des comportements collectifs il y a 480 millions d’années

JPEG - 123 koBien que l’on connaisse avec de plus en plus de précision l’anatomie des premiers animaux, on ignore pratiquement tout de leur comportement. Les comportements collectifs sont-ils apparus récemment ou bien ont-ils une origine très ancienne ? Pour répondre à cette question, des chercheurs et chercheuses du CNRS, des universités de Poitiers, de Bretagne Occidentale (Laboratoire géosciences Océans)et de Claude Bernard Lyon1, et des universités Cadi-Ayyad de Marrakech (Maroc) et de Lausanne (Suisse), ont analysé des fossiles d’Ampyx, un trilobite marocain d’environ 480 millions d’années. Ils ont montré que ces individus, tous orientés vers une même direction, formant des files régulières et maintenant entre eux des contacts étroits via leurs très longues épines, ont probablement été ensevelis dans cette position lors de tempêtes. En comparant ces comportements à ceux d’animaux actuels, comme des langoustes d’Amérique du Nord, les scientifiques en ont déduit que les processions d’Ampyx pourraient correspondre à des comportements collectifs similaires, pour répondre à des perturbations environnementales cycliques, comme des tempêtes, ou des signaux chimiques liés à la reproduction. Cet exemple indiquerait que le comportement collectif a une origine très ancienne et qu’il a sans doute représenté très tôt, chez les premiers animaux, un avantage évolutif permettant d’échapper au stress environnemental et d’augmenter ses chances de reproduction. Ces travaux sont publiés le 17 octobre 2019 dans Scientific Reports.
Alerte presse

Le CNRS célèbre la science dans toute la France

JPEG - 39 ko

Du 4 au 13 octobre, les personnels du CNRS, qui fête cette année ses 80 ans, se mobilisent pour la Fête de la science 2019. Des milliers de scientifiques partageront avec le public leur enthousiasme pour les sciences, les techniques et les innovations à travers de multiples expériences, conférences, festivals ou encore visites de laboratoires. Une opportunité pour mieux comprendre la science et ses enjeux et mieux appréhender le monde qui nous entoure.
Les scientifiques d’Ille-et-Vilaine, des Côtes-d’Armor, du Finistère et du Morbihan vous proposent une programmation généraliste (actualités scientifiques en histoire des sciences, environnement, innovations numériques, astronomie...) s’articulant autour de nombreux ateliers, expositions, conférences, projections et visites.
En Pays-de-la-Loire, les scientifiques vous proposent cette année de raconter la science et d’imaginer l’avenir, à travers trois thématiques régionales : l’égalité homme-femme, la transition énergétique, et le progrès scientifique et technique.

Lancement national de l’année des mathématiques

JPEG - 5.7 ko

Les mathématiques sont une science vivante, en explosion, omniprésente dans la société. Le CNRS, en partenariat avec le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, lance le 2 octobre 2019 l’année des mathématiques afin de montrer au grand public le visage vivant des mathématiques et de renforcer le lien entre le monde de la recherche et les enseignants du secondaire.
Retrouvez tous les évènements organisés en Bretagne et Pays de la Loire par l’IRMAR, le LAREMA, le LMBA et le LMJL.
Communiqué de presse

Le GIEC adopte le Rapport Spécial sur l’Océan et la Cryosphère dans le contexte du changement climatique

JPEG - 5.3 ko

L’Océan sera soit l’accélérateur du changement climatique, soit le socle de notre résilience.
Ce 25 septembre, à Monaco, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) publie un Rapport Spécial sur l’Océan et la Cryosphère dans le contexte du changement climatique. De façon inédite dans l’histoire du GIEC, l’océan est enfin identifié comme un enjeu majeur du changement climatique : une grande victoire pour la Plateforme Océan et Climat qui, lors de la COP 21, a soutenu très activement, aux côtés de Monaco, la France et le Chili, la nécessité que le GIEC produise ce Rapport Spécial dans le cadre de son 6ème cycle d’évaluation.
« Parler de changement climatique sans l’océan, c’est oublier le cœur-même de la machine climatique » Françoise Gaill, CNRS, Vice-Présidente de la Plateforme Océan et Climat.

De Lune à l’autre : exposition du 1er octobre au 20 décembre pour les 80 ans du CNRS

JPEG - 15.8 ko

Dans le cadre des 50 ans de la mission Apollo XI, le Laboratoire de Planétologie et Géodynamique (LPG, CNRS/Universités de Nantes et d’Angers) propose une exposition intitulée « De Lune à l’autre ». Abordant l’exploration passée, présente et future de la Lune, cette exposition sera articulée autour d’éléments visuels et d’ateliers. Un cycle de conférences sera organisé autour de l’évènement, afin de favoriser la rencontre entre les scientifiques et le grand public, ainsi que les scolaires.
Communiqué de presse

Changement climatique : les résultats des nouvelles simulations françaises

JPEG - 4.9 ko

La communauté internationale en climatologie est engagée dans un important exercice de simulations numériques du climat, passé et futur. Ses conclusions contribueront de manière majeure au premier volet du sixième rapport d’évaluation du GIEC, dont la publication est prévue en 2021. Les scientifiques français impliqués dans ce travail, notamment au CNRS, au CEA et à Météo-France, ont été les premiers à rendre leur copie et viennent de dévoiler les grandes lignes de leurs résultats. Leurs nouveaux modèles prévoient notamment un réchauffement plus important en 2100 que les versions précédentes. Ils progressent aussi dans leur description du climat à l’échelle régionale.
Le Laboratoire d’océanographie physique et spatiale (CNRS/Ifremer/IRD/UBO) fait partie des laboratoires impliqués.
Dossier de presse

La composition d’un groupe d’hommes de Neandertal retracée à partir de leurs empreintes

JPEG - 5 ko

Des équipes du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), du Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN) et du ministère de la Culture (DRAC de Normandie) publient le 9 septembre 2019 aux PNAS les résultats de leur études de 104 empreintes néandertaliennes découvertes sur le site du Rozel, dans le département de la Manche.
Ces travaux ont notamment impliqué des équipes du Centre de recherche en archéologie, archéosciences, histoire (Univ. Rennes 1 et 2/Le Mans Univ./Univ. Nantes/CNRS/Ministère de la Culture).
Communiqué de presse

Nouveau(x) monde(s) - 7e Forum du CNRS

JPEG - 12.5 ko

À l’occasion de ses 80 ans, le CNRS organise, du 25 au 27 octobre, le 7e Forum du CNRS autour du thème Nouveau(x) Monde(s). Durant ces trois jours, plus de 30 chercheurs dont plusieurs Prix Nobel mais également artistes et auteurs se donnent rendez-vous pour un week-end exceptionnel. L’événement se tiendra à la Cité des sciences et de l’industrie et, le temps d’une soirée, à Ground Control à Paris.
Communiqué de presse

Les femelles gorilles identifient et évitent les groupes malades

JPEG - 5.4 ko

Les gorilles sont des animaux vivants en groupes sociaux dans lesquels les femelles migrent pour intégrer des « harems ». Si l’on connaissait certains facteurs déterminants leurs choix de migration, une équipe de recherche du laboratoire Ecosystèmes, biodiversité, évolution (CNRS/Univ Rennes 1) vient de montrer que les femelles étaient capables d’éviter les mâles et les congénères susceptibles de transmettre la maladie de pian, qui provoque des ulcères particulièrement visibles sur la face des animaux. En étudiant 593 gorilles pendant plus de 10 ans, les scientifiques ont observé que les femelles quittent les mâles et les groupes trop atteints pour rejoindre des groupes plus sains. Elles évitent même au maximum d’intégrer des groupes infectés. Les résultats de cette étude parue dans le numéro de septembre 2019 de la revue Ecology suggère l’apprentissage par ces animaux du caractère contagieux de la maladie et leur capacité à identifier un symptôme (la déformation de la face) comme révélateur d’une pathologie.
Alerte presse

Sciences. Bâtir de nouveaux mondes : Un ouvrage à découvrir pour les 80 ans du CNRS

JPEG - 5.4 ko

Fruit d’une aspiration partagée par de nombreuses personnalités politiques et scientifiques, le CNRS a d’emblée rassemblé hommes et femmes autour d’une même conviction, celle que l’humanité tirera profit d’une meilleure organisation de la recherche scientifique, et d’un même idéal, celui de la liberté. Depuis sa création en 1939, l’établissement s’est développé et profondément transformé. Mais une constante demeure : dans tous les domaines, les hommes et les femmes du CNRS continuent de chercher des réponses aux enjeux contemporains, à faire avancer les connaissances et à innover, tout en partageant des valeurs fortes : liberté de la recherche, travail en équipe, excellence scientifique, et diffusion de la culture scientifique comme antidote aux contre-vérités et à l’obscurantisme.
Découpé en 20 chapitres, de la liberté au changement climatique, en passant par les atomes, l’économie ou l’informatique, le livre présente autant d’invitations à explorer le monde en compagnie de grands noms de la recherche française. Confiés aux experts de chacun des domaines considérés, les 80 textes réunis dans cet ouvrage permettent de retracer le chemin parcouru et, ce faisant, esquissent aussi celui qui reste à explorer.
Aurélien Barbarit et Sandrine Jamet du LHEEA, Catherine Boyen, Susana Coelho et André Toulmond de la SBR, Eric Humler du LPG, et Yves Lagabrielle de Géosciences Rennes font partie des auteurs de cet ouvrage disponible en librairie à partir du 12 septembre 2019.
Communiqué de presse

Même les scientifiques ont des stéréotypes de genre… qui peuvent freiner la carrière des chercheuses

Nous avons beau être convaincus que les sciences ne sont pas qu’une affaire d’hommes, le concept de science demeure beaucoup plus fortement associé au masculin qu’au féminin dans les esprits. Ce biais automatique, déjà identifié dans la population générale, est aussi présent chez la plupart des scientifiques sans que les intéressés n’en aient forcément conscience. Et dans certaines conditions, il peut conduire des jurys pourtant rigoureux à défavoriser les femmes lors de concours pour la promotion de chercheurs et chercheuses. Ce sont les résultats d’une étude publiée dans la revue Nature Human Behaviour le 26 août 2019.
Communiqué de presse

Estimer la taille du noyau de Mercure

JPEG - 5.6 ko

D’une taille de 2 060 km, le noyau de Mercure est plus gros de 50 km qu’on ne le croyait jusqu’ici : c’est ce qu’ont découvert trois chercheurs du Laboratoire de planétologie et géodynamique(CNRS/Université de Nantes et d’Angers). Comment ? En étudiant les données de la sonde américaine Messenger sur le champ magnétique de la planète. En effet, lorsque le champ magnétique externe, autour de Mercure, varie sous l’influence du vent solaire, son noyau génère ce que l’on appelle une réponse induite, proportionnelle au champ externe, mais aussi à sa taille, qu’il est donc possible de déduire. Le rayon du noyau atteint ainsi 85% du rayon de la planète ! Leurs résultats, publiés début août 2019, dans Journal of Geophysical Research – Planets, lèvent ainsi un peu le voile autour de la mystérieuse Mercure, en attendant l’arrivée de la mission BepiColombo aux alentours de la planète en 2025.
Alerte presse

Des mosaïques de cultures plus complexes pour une plus grande biodiversité dans les paysages agricoles

JPEG - 6.4 ko

Des chercheurs de l’Inra et du CNRS, en collaboration avec des équipes allemandes, espagnoles, anglaises et canadiennes, ont examiné l’effet de la taille des parcelles et de la diversité des cultures sur la biodiversité des paysages agricoles. Publiés dans PNAS, leurs travaux montrent qu’augmenter la complexité de la mosaïque des cultures offre un levier d’action considérable (et largement sous-exploité) pour conserver et restaurer la biodiversité des paysages agricoles tout en maintenant les surfaces de production agricole.
Cette étude a été réalisée, dans le cadre du projet FarmLand financé par le programme Biodiversa, par notamment des chercheurs du laboratoire Écosystèmes, biodiversité, évolution (ECOBIO, OSUR, CNRS/Université Rennes 1).
Communiqué de presse

Exploiter les marées vertes grâce à une bactérie marine

JPEG - 5.1 ko

L’ulvane est le principal composant des ulves, la « laitue de mer » responsable des marées vertes. Des chercheurs de la Station biologique de Roscoff (CNRS/Sorbonne Université), et leurs collègues allemands et autrichiens, ont identifié une bactérie marine dont le système enzymatique permet de décomposer l’ulvane en source d’énergie ou en molécules d’intérêt pour l’agro-alimentaire ou les cosmétiques. Douze enzymes ont ainsi été découvertes et elles constituent autant d’outils pouvant transformer ce polysaccharide sous-exploité en une ressource renouvelable. Ces travaux sont publiés le 8 juillet 2019 dans Nature Chemical Biology.
Communiqué de presse

« Ceux qui cherchent la mer » : une exposition photographique tout l’été au cœur de Roscoff

JPEG - 15.3 ko

A l’occasion des 80 ans du CNRS, la Station Biologique de Roscoff remonte le temps. L’Exposition « ceux qui cherchent la mer » propose, en clin d’œil au passé, une série de portraits réalisée avec une chambre photographique datant de l’époque de la création de la station marine de Roscoff (1872). A côté des photos noir et blanc « à l’ancienne », les clichés en couleur pris dans les laboratoires et sur le terrain sont une invitation à découvrir ces hommes et ces femmes qui font aujourd’hui de la pointe nord du Finistère une terre de science.
Communiqué de presse

Thomas Ebbesen, physico-chimiste, est médaille d’or 2019 du CNRS

JPEG - 4.8 ko

La médaille d’or du CNRS, l’une des plus prestigieuses récompenses scientifiques françaises, distingue cette année le physico-chimiste franco-norvégien Thomas Ebbesen. Ses travaux en nanosciences, fortement interdisciplinaires, couvrent des domaines aussi divers que les sciences des matériaux carbonés, l’optique, la nano-photonique et la chimie moléculaire. Ses découvertes ont notamment permis des ruptures technologiques en optoélectronique, pour les communications optiques et les biocapteurs. Ce professeur de l’université de Strasbourg a dirigé l’Institut de science et d’ingénierie supramoléculaires (ISIS, CNRS/Université de Strasbourg) jusqu’en 2012. Il est aujourd’hui directeur de l’Institut d’études avancées de l’université de Strasbourg (USIAS).
CNRS Le Journal

Cassini lève peu à peu le voile sur les anneaux de Saturne

JPEG - 5.1 ko

La sonde Cassini de la NASA, restée en orbite autour de Saturne de 2004 à 2017, a modifié sa trajectoire durant la dernière phase de la mission. Son objectif ? Effectuer des survols particulièrement rapprochés de la planète et de ses anneaux. Au cours du « grand final », Cassini a réussi l’exploit de passer entre Saturne et ses anneaux, avant de plonger au cœur de la planète. Cette configuration unique a permis des observations exceptionnelles du système d’anneaux.
Une équipe internationale a compilé l’ensemble des images haute résolution, ainsi que des profils spectraux et thermiques, afin de mieux contraindre les propriétés physiques de ces anneaux. Des chercheurs de deux laboratoires français, le Laboratoire de planétologie et géodynamique(LPG, CNRS/Univ. Angers/Univ. Nantes), et l’Institut de physique du globe de Paris (IPGP,Université de Paris/CNRS) ont été impliqués dans cette étude internationale, publié le 13 juin 2019 dans Science.
Communiqué de presse

Artic Blues

JPEG - 7.9 ko

De retour de missions en Antarctique, des biologistes brestois se posaient la question : comment parvenir à raconter ses émotions devant la beauté des pôles et la certitude de la catastrophe, dans un contexte de recherche scientifique ? Ils proposent en 2013 d’associer des artistes de tous horizons à leurs expéditions polaires. Durant sept années, artistes et scientifiques ont partagé des missions en milieux arctiques et subarctiques. Ce groupe hétéroclite a donc vécu sur le même terrain entre recherches, hésitations, échecs et découvertes. L’exposition ARCTIC BLUES restitue la richesse de ce dialogue. Ce parcours d’exposition, du 22 juin au 22 septembre, à Brest, restitue au public sept années de recherche et de résidences entre artistes et scientifiques au sein du Laboratoire international associé BeBEST qui s’appuie sur la collaboration entre le laboratoire LEMAR (CNRS/Ifremer/IRD/UBO) et l’Ismer en collaboration avec le Museum national d’Histoire naturelle.
Dossier de presse

Vers une industrialisation à bas coût des supercondensateurs à ions lithium

JPEG - 7.1 ko

Combiner deux additifs au lieu d’un pour faciliter l’incorporation du lithium dans des supercondensateurs : voici la solution proposée par des chercheurs de l’Institut des matériaux Jean Rouxel(CNRS/Université de Nantes) en collaboration avec le Münster Electrochemical Energy Technology (Université de Münster, Allemagne) pour favoriser le développement à bas coût, simple et efficace des supercondensateurs à ions lithium, utilisés pour stocker l’énergie électrique. Ces travaux, publiés dans Advanced Energy Materials le 5 juin 2019, permettent d’envisager leur commercialisation massive.
Communiqué de presse

La Fondation Tara Océan lance une nouvelle mission sur 10 fleuves d’Europe aux origines de la pollution plastique

JPEG - 8.1 ko

D’où viennent les déchets plastiques ? Sous quelles formes arrivent-ils en mer ? Où faut-il concentrer nos efforts pour stopper leurs flux ? Quels impacts ont-ils sur la biodiversité marine et le vivant ? Aujourd’hui, on estime que 80 % des déchets plastiques en mer sont d’origine terrestre.
Pour la Fondation Tara Océan et l’EMBL engagés sur ces questions depuis 2010, il est urgent d’explorer et de décrire les fuites de déchets plastiques vers la mer pour mieux endiguer cette « hémorragie ». Cette nouvelle mission plastique 2019, dont le volet scientifique est coordonné par le CNRS, sillonnera plusieurs façades de l’Europe pendant 6 mois et explorera 10 grands fleuves européens. Elle débutera le 23 mai 2019 de Lorient (Morbihan), le port d’attache de la goélette Tara.
Ce projet porté par la Fondation Tara Océan et ses partenaires scientifiques majeurs que sont le CNRS, le CEA – Génoscope et l’EMBL reposera sur la complémentarité de plusieurs partenaires institutionnels et laboratoires, dont notamment le LEMAR (UBO/CNRS/IRD/Ifremer).
Communiqué de presse
Dossier de presse

Etudes touristiques : groupement d’intérêt scientifique

JPEG - 5.1 ko

Le 6 mai 2019 a été officialisée à Angers la création du Groupement d’Intérêt Scientifique (GIS) Etudes Touristiques porté par l’Université d’Angers. Celui-ci réunira lors de sa création 18 établissements d’enseignement supérieur et de recherche du Grand Ouest. Si le GIS est aujourd’hui composé d’établissements et de laboratoires de l’Ouest de la France, il est une structure ouverte, susceptible d’évoluer dans sa configuration et de se déployer, à terme, sur le territoire national. Ce projet est le résultat d’un vaste chantier collectif engagé depuis 3 ans par un groupe d’une quinzaine de chercheurs en tourisme appartenant à des universités et des écoles de l’ouest français. Ce dispositif se veut notamment être un accélérateur de savoirs, de compétences, d’innovation et de rayonnement ainsi qu’un incubateur de projets structurants au profit du secteur touristique.
Dossier de presse

L’océan Arctique, berceau de la biodiversité virale

JPEG - 4.4 ko

De nouveaux résultats, provenant essentiellement des données issues de l’expédition Tara Oceans (2009-2013), fournissent le catalogue le plus complet à ce jour des virus présents dans tous les océans du globe. Dirigée par l’université d’Ohio aux États-Unis, cette étude implique des équipes du CEA, du CNRS, de l’EMBL, de l’ENS-PSL, de la Fondation Tara Océan, associées au sein de la nouvelle Fédération de recherche Tara Oceans GO-SEE. Elle porte de 16 000 à près de 200 000 le nombre de populations virales océaniques connues. Publiés en couverture de la revue Cell le 16 mai 2019 (en ligne le 25 avril), ces travaux révèlent l’importance de l’océan Arctique comme réservoir de virus marins. Ils seront un référentiel pour comprendre le rôle des virus dans les réactions de l’écosystème « océan » sous la pression du changement climatique.
Claudie Marec de l’IUEM et Colomban De Vargas de la Station Biologique de Roscoff font partie des auteurs de cette étude.
Communiqué de presse

Un jeu vidéo pour aider la recherche sur Alzheimer

JPEG - 7.7 ko

Sea Hero Quest est un jeu vidéo d’orientation spatiale accessible sur téléphone portable, tablette, et en réalité virtuelle, développé par des scientifiques du CNRS, de l’University College London et de l’University of East Anglia (Royaume-Uni), dont Antoine Coutrot du Laboratoire des sciences du numérique de Nantes (CNRS/ECN/Univ. Nantes/IMT Atlantique) . Depuis sa mise en service en mai 2016, il a permis de capturer les stratégies de navigation spatiale de plus de 4 millions de joueurs de tous les pays du monde. Une nouvelle étude utilisant les données issues de ce jeu vidéo, publiée le 23 avril 2019 dans PNAS, a montré qu’une mauvaise orientation spatiale permettrait d’aider au diagnostic précoce de la maladie d’Alzheimer, avant même l’apparition des premiers signes cliniques.
Communiqué de presse
CNRS Le Journal

Innovatives SHS : les sciences humaines et sociales qui innovent s’exposent à Lille, les 15 et 16 mai 2019

JPEG - 7.5 ko

Salon professionnel créé par le CNRS en 2013, Innovatives SHS illustre la capacité de la recherche en sciences humaines et sociales à répondre aux attentes de la société et à transférer ses résultats vers les collectivités territoriales, le monde associatif et les entreprises. La quatrième édition du salon, les 15 et 16 mai à Lille Grand Palais, présentera, à travers des stands et des rencontres thématiques, une quarantaine de projets dans les domaines de l’éducation, du numérique, du patrimoine, de la santé et des territoires. Deux projets issus de nos laboratoires bretons et ligériens seront présentés :

  • CORAULIS, une nouvelle plateforme immersive visuelle et sonore pour l’architecture et l’aménagement urbain (laboratoire Ambiances Architectures Urbanités)
  • KERMAP, comment évaluer les politiques d’aménagement de la ville ou les bonnes pratiques agricoles ? (laboratoire Littoral - Environnement - Télédétection – Géomatique)

    Communiqué de presse

Efflorescences de microalgues toxiques : comment maintenir les pêcheries de coquilles ?

JPEG - 4.4 ko

Aujourd’hui a lieu le lancement du projet MaSCoET, coordonné scientifiquement par l’Ifremer et impliquant leLaboratoire des sciences de l’environnement marin(LEMAR, UBO/CNRS/IRD/Ifremer). Il vise à mieux comprendre les efflorescences toxiques de l’algue Pseudo-nitzschia et leurs conséquences sur les pêcheries de coquilles Saint-Jacques.
Communiqué de presse

Immersion Sciences pour 64 lycéens et lycéennes : Une semaine pour donner le goût des filières scientifiques

JPEG - 10.6 koInformaticien, biologiste, physicien, chimiste ou mathématicien : c’est peut-être ce que deviendront certains des 64 élèves, qui se verront proposer, du 25 au 29 mars, une approche concrète de ces métiers passionnants dans le cadre d’une semaine d’immersion au cœur des sciences. Pilotée par l’Académie de Rennes, la Région Bretagne et le CNRS, l’opération a pour objectif de démystifier l’idée que les jeunes ont des carrières scientifiques, afin de leur donner envie de s’orienter vers ces filières après le bac.
Communiqué de presse
Programme de la semaine

Ma thèse en 180 secondes
Finale Bretagne Pays de la Loire 2019

16 jeunes chercheur-es issu-es de tout le territoire et travaillant sur des sujets pluriels, participent à la finale interrégionale du concours de vulgarisation scientifique « Ma thèse en 180 secondes », le 21 mars sur la scène du théâtre des Quinconces, au Mans. Pour convaincre le public et le jury qui désigneront les 2 candidat-es qualifié-es pour la demi-finale nationale, ils feront preuve de pédagogie, d’humour et parfois d’émotion raconter leur quotidien, leur projet, et surtout les enjeux de leur recherche pour la société.
Pour assister à cet événement, réservez votre place ici
Communiqué de presse

La chimie à l’honneur au CNRS

JPEG - 6.1 ko

Point d’orgue des actions du CNRS à l’occasion de l’Année de la chimie, de l’école à l’université 2018-2019 : une journée nationale de formation à la culture scientifique destinée aux enseignants du second degré, organisée pour la première fois et dans 25 villes en France. Cette journée est déclinée à Angers, Brest, Le Mans, Nantes et Rennes le 20 mars prochain, en partenariat avec le rectorat de l’académie de Rennes et le rectorat de l’Académie de Nantes. Cette initiative d’envergure, qui devrait former près de 1 100 professeurs dans toute la France, s’inscrit dans le cadre de l’Année de la chimie, de l’école à l’université lancée par le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, en association avec le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.
Communiqué de presse

Les plus petits squelettes du monde marin observés en 3D à la lumière synchrotron

JPEG - 7 ko

Les coccolithophores sont des algues marines microscopiques qui absorbent le dioxyde de carbone pour leur croissance et le libèrent lors de la création de leurs coquilles calcaires, sorte de mini-boucliers. Ces nanoplanctons très abondants dans les océans sont susceptibles d’être affectés par les émissions croissantes de dioxyde de carbone. Des scientifiques du CNRS, de Le Mans Université, de Sorbonne Université, d’Aix-Marseille Université et de l’ESRF, le Synchrotron Européen, ont révélé la structure 3D des coquilles calcaires ou « coccolithes » de ces micro-organismes, au niveau nanométrique. Dans l’étude, publiée dans Nature Communications, les scientifiques mettent en évidence de nouvelles corrélations entre leur masse et la taille du noyau de la cellule sur lequel la nucléation et la croissance des coccolithes se produisent.
Les chercheurs de l’Institut des molécules et matériaux du Mans (Université du Mans/CNRS) et de la Station biologique de Roscoff(CNRS/Sorbonne Université) ont participé à ces travaux.
Communiqué de presse

Le plancton mixotrophe, acteur méconnu de la photosynthèse

JPEG - 6.6 ko

Une équipe de chercheurs de Sorbonne Université, du CNRS (Station Biologique de Roscoff), du Muséum national d’Histoire naturelle et du CEA a exploité les données planctoniques de l’expédition scientifique Tara Oceans, récoltées par la goélette Tara entre 2009 et 2013, au cours de 150.000 km parcourus dans tous les océans du globe, afin d’étudier la biogéographie
des micro-organismes marins. Les résultats de leur étude, parue dans la revue The ISME Journal, ouvrent de nouvelles perspectives pour une modélisation plus fine du cycle du carbone dans les océans et interrogent les scientifiques dans leur réflexion sur les changements environnementaux.
Communiqué de presse

Inauguration de Nant’Themis : microscope interdisciplinaire à la pointe de la recherche européenne.

JPEG - 22 ko

L’inauguration du microscope Nant’Themis aura lieu le jeudi 7 février 2019 au sein de l’Institut des matériaux Jean Rouxel (IMN- CNRS/Université de Nantes). Instrument unique par certains aspects au niveau national voire mondial, ce microscope génère déjà des images et des analyses de la matière à l’échelle atomique, et de très haute qualité. Il va permettre de caractériser des échantillons développés pour des applications très diverses comme l’énergie, la santé, les bio-ressources, l’électronique etc. Un futur microscope très interdisciplinaire !
Communiqué de presse

Le CNRS explore de nouveaux mondes à la station Montparnasse-Bienvenüe

JPEG - 7.1 ko

A l’occasion de ses 80 ans, le CNRS dévoile, en partenariat avec la RATP, sur les murs de la station Montparnasse-Bienvenüe (Paris) sa nouvelle fresque : « Explorons de nouveaux mondes ». Un voyage thématique mêlant enjeux de société et grandes transformations qui questionne notre société de demain et imagine l’avenir.
Découvrez dans le dossier CNRS Le Journal nos articles et vidéos en lien avec les recherches exposées sur cette fresque géante, avec notamment des photos d’Erwan Amice du Laboratoire des sciences de l’environnement marin (LEMAR-CNRS/Ifremer/IRD/UBO).
Communiqué de presse

Inauguration de l’école universitaire de recherche ISblue

JPEG - 2.8 ko

ISblue, « The Interdisciplinary Graduate School for the Blue planet » (L’école interdisciplinaire de recherche pour la planète bleue) est, en France, l’unique école universitaire de recherche dédiée aux sciences et technologies de la mer sélectionnée et financée dans le cadre du programme d’investissements d’avenir (PIA). Cela confirme le leadership de l’enseignement supérieur de la pointe bretonne dans ce domaine stratégique et lui donne les moyens d’amplifier son rayonnement international dans ses 5 thèmes scientifiques. ISblue sera a été inaugurée le 30 janvier à Brest en présence de la direction d’ISblue et des représentants des 9 établissements partenaires : l’Université Bretagne Occidentale (UBO – université porteuse -), le CNRS, l’Université Bretagne Sud (UBS), l’Ifremer, l’IRD, ainsi qu’IMT Atlantique, ENSTA Bretagne, l’École Nationale d’Ingénieurs de Brest (ENIB) et l’École Navale.
Dossier de presse

2019 : le Centre de Recherche Bretonne et Celtique (CRBC) fête ses 50 ans

JPEG - 8.4 ko

Cette année anniversaire est pour le CRBC l’occasion de mettre à l’honneur et faire découvrir au plus grand nombre ses trois facettes (laboratoire de recherche, bibliothèque et éditeur) à travers des rendez-vous programmés tout au long de l’année :

  • Des visites thématiques de la bibliothèque et de ses richesses ;
  • Des rencontres avec celles et ceux qui ont fait l’histoire du CRBC ;
  • Une exposition de portraits photographiques des actrices et acteurs du laboratoire en 2019 ;
  • Une exposition de 50 objets (pour 50 ans) iconiques de la bibliothèque ;
  • Une journée d’études.

    Communiqué de presse

Fonte de la banquise arctique

L’effet des vagues scruté sur et sous la glace

JPEG - 3.9 ko

Quel est l’effet des vagues sur la fonte de la banquise ? Pour répondre à cette question, une série de mesures inédites va être menée dans les cinq prochaines années. Sous-marins, canot à glace, avion et satellite seront ainsi déployés au niveau de l’estuaire du fleuve Saint-Laurent et de l’océan Arctique, dans le cadre du projet ERC WAAXT mené par Peter Sutherland, chercheur au Laboratoire d’océanographie physique et spatiale(LOPS – Ifremer/UBO/CNRS/IRD).

Communiqué de presse

 

Rechercher


sur le site de la délégation
Le CNRS Accueil Le CNRS Annuaires Mots clefs CNRS Autres sites Accueil Imprimer Contact Crédits Plan du site